Au diable Beauvert
Entretien
Dimanche 23 février 2014
1h 23mn

Jean-Philippe Collard

Bienvenue au Diable Beauvert où nous déjeunerons aujourd’hui sous le signe de la Champagne. Car à côté d’une brillante carrière internationale, c’est là que sont ses racines, racines avec lesquelles il a renoué voici trois ans en prenant la tête des Flâneries musicales de Reims. Alors dégustons ensemble quelques bulles pétillantes et montez le son !

C’est donc dans une famille de vignerons champenois qu’il voit le jour. Papa est un musicien amateur de bon niveau, Maman, elle, mène sa chorale à Epernay d’une main de fer, on compte aussi quelques organistes dans la famille, et toute la fratrie se retrouve naturellement au clavier. S’il ne se souvient pas d’avoir jamais appris à jouer du piano, tant cela lui était facile, comme beaucoup de mômes de la région il rêve de la légende du stade rémois, et disparaît souvent après l’école avec son ballon rond au lieu de faire ses gammes, ce qui lui vaudra quelques mémorables fessées maternelles. Mais le petit, déjà grand par la taille, est doué et à 10 ans, direction le Conservatoire de Paris et la classe de Pierre Sancan, où il restera huit ans, qui le pousse vers les concours avec un laurier au Long-Thibaud et le premier Prix Cziffra.
Il rêve de faire Sciences Po et l’ENA mais la musique a déjà pris sa vie. Maman, prudente, sollicite l’avis de Robert Casadesus, lequel après l’avoir écouté déclare « ce n’est pas la peine d’insister, la vie d’artiste est trop difficile». Un an plus tard, ayant découvert ses Barcarolles de Fauré, Seiji Ozawa l’appelle pour remplacer à San Francisco un certain Robert Casadesus souffrant.
Le reste, si vous ne le savez déjà, il va nous le raconter, et dire ce déchirement perpétuel entre la scène qui l’amène souvent très loin, et son attachement viscéral à sa famille, à ses amis et à sa terre, qui sont indispensables - c’est sans doute pour cela qu’il a aussi fondé l’association des Chemins de musique pour amener les concerts dans les villages de Champagne.
Sachez enfin qu’il a même, so chic, son homonyme en Belgique, mais lui pianiste de jazz... et accueillons vite le vrai Jean-Philippe Collard !

Avec la complicité téléphonique de José Van Dam, baryton-basse, et de Patrick Poivre d'Arvor, journaliste, écrivain

Programme musical

Frédéric Chopin
Sonate n° 2 en si bémol mineur op. 35 "Marche Funèbre"
I. Grave - Doppio movimento

Jean-Philippe Collard, piano
La Dolce Volta 09

Pierre Sancan
Concerto pour piano
I. Modéré - Vivo

Jean-Philippe Collard, piano
Bilkent Symphony Orchestra, dir. Emil Tabakov
EMI 5578002

Gabriel Fauré
Barcarolle n° 1 en la mineur op. 26
Jean-Philippe Collard, piano
EMI 7473582

Georges Bizet
Jeux d'enfants, op. 22
I. L'Escarpolette (rêverie)
II. La Toupie (impromptu)

Michel Béroff & Jean-Philippe Collard, piano à quatre mains
EMI 5553472

Frédéric Chopin
Vingt-Quatre Préludes op. 28
XIV. en fa dièse majeur

Jean-Philippe Collard, piano
La Dolce Volta 09

Franz Liszt
Sonate en si mineur : Coda
Jean-Philippe Collard, piano
EMI 7544682

Wolfgang Amadeus Mozart
Trio pour piano, clarinette et alto en mi bémol majeur K. 498 "Des Quilles"
II. Menuet

Jean-Philippe Collard, piano
Michel Portal, clarinette
Gérard Caussé, alto
EMI 5553892

Camille Saint-Saëns
Le Pas d'armes du Roi Jean (sur un poème de Victor Hugo)
José Van Dam, baryton-basse
Jean-Philippe Collard, piano
EMI 7548182

David Shea
Solo/Duo pour piano
II. Deuxième Mouvement

Jean-Philippe Collard-Neven, piano
David Shea, sampler
Tzadik 7079

Frédéric Chopin
Vingt-Quatre Préludes op. 28
XXIV. en ré mineur

Jean-Philippe Collard, piano
La Dolce Volta 09

Ailleurs sur le web

L'équipe de l'émission :
Mots clés :
émission suivante
dimanche 2 mars 2014