Au diable Beauvert
Entretien
Dimanche 3 novembre 2013
1h 23mn

Adam Laloum

Bienvenue au diable Beauvert. La valeur n’attend pas le nombre des années, dit-on du côté du Cid. Il faut croire alors que nous avons à faire avec une âme bien née, puisqu’à peine vient-il de fêter son quart de siècle qu’on ne le considère déjà plus comme une étoile montante mais plutôt comme l’un de ces pianistes devenus vieux de bonne heure, bref comme un grand - alors venez le découvrir et poussez le son !

Et pourtant tout aurait pu être différent. Gamin, le petit est assez agité, et à 6 ans son premier professeur rend un verdict sans appel : "il n’est pas fait pour la musique, du moins pour le piano" ! Lui, il voulait seulement imiter son grand frère ; qu'à cela ne tienne, il s’y met quand même en douce, en autodidacte, encouragé par une bonne tante de passage qui, sans leçon ni partition, lui donne le goût du clavier. A 9 ans, il est sûr d’avoir trouvé sa voie, et commence l’année suivante de vraies études, d’abord à Toulouse, puis au Conservatoire de Paris dans la classe de Michel Beroff, avant que la rencontre avec Jean-Claude Pennetier ne soit pour lui une véritable révélation.
A 22 ans, il remporte haut la main avec un concerto de Mozart le Concours Clara Haskil, mais loin de prendre la grosse tête, il continue à travailler à Hambourg avec un ancien lauréat lui aussi, Evgueni Koroliov. Même s’il est plutôt du genre à fuir les mondanités, sa victoire lui ouvre les portes d’une grande agence parisienne, et celles du label Mirare où il signe un premier album Brahms remarqué jusqu’aux Victoires de la Musique. Il revient aujourd’hui au disque avec un Schumann qui pourrait bouleverser la discographie de la Grande Humoresque, et une galette romantique en duo avec l’altiste Lise Berthaud.
Ajoutez à cela que ce Werther du XXIe siècle, anxieux et secret, n’hésite pas à afficher parfois une barbe d’homme des bois - qu’importe, l’élégance chez lui est avant tout intérieure. Bref, comme moi vous brûlez d’en savoir davantage sur notre invité du jour, Adam Laloum !

Avec la complicité téléphonique de Michel Dalberto, pianiste, et de Lise Berthaud, altiste

Programme musical

Robert Schumann
Humoresque en si bémol majeur op. 20 : IV. Innig
Adam Laloum, piano
Mirare 194

Johannes Brahms
Intermezzo en si bémol mineur op. 117 n° 2
Adam Laloum, piano
Mirare131

Wolfgang Amadeus Mozart
Sonate n° 4 en mi bémol majeur K. 282 : I. Adagio
Adam Laloum, piano
Enregistrement France Musique 26 juillet 2011 (Festival de Chambord) / Diffusion 26 août 2011

Richard Strauss / transcription Michel Dalberto
Quatre Derniers Lieder : III. Beim Schlafengehen
Michel Dalberto, piano
Enregistrement France Musique 7 août 2007 / En direct du Festival de La Roque d'Anthéron

Alexander von Zemlinsky
Trio avec piano en ré mineur op. 3 : III. Allegro
Adam Laloum, piano
Alexandra Soumm, violon
Victor Julien-Laferrière, violoncelle
Enregistrement France Musique 8 mars 2013 / Diffusion 24 mars 2013

Robert Schumann
Märchenbilder pour alto et piano op. 113 : II. Lebhaft
Lise Berthaud, alto
Adam Laloum, piano
Aparté 069

Johannes Brahms
Sonate pour alto et piano n° 2 en mi bémol majeur op. 120 n° 2 : II. Allegro appassionato
Lise Berthaud, alto
Adam Laloum, piano
Aparté 069

Frédéric Chopin
Impromptu n° 3 en sol bémol majeur op. 51
Adam Laloum, piano
Enregistrement France Musique 31 août 2012 (Solistes aux Serres d'Auteuil) / Diffusion 16 septembre 2012

Robert Schumann
Sonate n° 1 en fa dièse mineur op. 11 : II. Aria
Adam Laloum, piano
Mirare 194

L'équipe de l'émission :