Alla Breve
Magazine
Mercredi 20 mai 2015
4 min

« Vajrayana » de Camille Pépin (3/5)

Le compositeur de la semaine dans Alla Breve a 24 ans : c'est Camille Pépin. Elle vient de remporter le concours Ile de Création, organisé par l'Orchestre National d'Ile de France avec sa pièce d'orchestre "Vajrayana".

« Vajrayana » de Camille Pépin
(Lauréate du concours Ile de Créations, troisième édition)
Interprété par l'Orchestre National d’Ile de France
Direction Nicholas Collon
Création enregistrée en concert le 16 avril 2015 à la Philharmonie de Paris

Logo concours Ile de Création
Logo concours Ile de Création

Avec la participation des enfants de la classe de 6ème du collège Simone de Beauvoir de Créteil et leur professeure d'éducation musicale Marie Zalczer, la professeure d'art plastique Anne Davost et la professeure de lettres classiques Héloïse Bernat.

" Vajrayāna", ouverture pour orchestre en cinq tableaux :
I. Ratna - Mystérieux et abyssal - Explosif
II. Vajra - Liquide
III. Padma - Flamboyant et déréglé
IV. Karma - Vif et léger
V. Vairocana – Intemporel

Troisième Tableau :Padma
A 24 ans tout juste, la jeune compositrice Camille Pépin a beaucoup de chances. Elle a remporté le 3 mars dernier le concours Ile de Créations organisé par l'Orchestre National d'Ile de France, et a pu entendre un mois plus tard sa pièce d'orchestre jouée une deuxième fois par la même formation à la Philharmonie de Paris. Tout a commencé donc le 3 mars, jour de la finale du concours dans les murs de l'ONDIF. Les micros d'Alla Breve trainaient par là, et ont saisi sur le vif les échanges des enfants d'une classe de 6ème venue de Créteil avec la jeune compositrice.
Questions du jour : quelle a été l'impulsion première pour devenir musicienne ?
Avez-vous été partagée entre plusieurs passions ?
Camille Pépin aussi attirée par la carrière de danseuse que par celle de musicienne.
C'est vrai, le corps, le mouvement, le rythme traversent les 5 tableaux de son ouverture pour orchestre Vajrayana inspirée par le bouddhisme tibétain.

« S’il existe cinq éléments dans la religion tibétaine (la terre, l’eau, le feu, le vent et l’espace), ils se définissent comme des énergies fondamentales et sacrées de l’existence rencontrées dans la dimension psychique des êtres. Les quatre premiers sont matière constituante de la nature tandis que le cinquième contient tous les autres. Au macrocosme de l’Univers s’unit ainsi le microcosme du corps. Ces énergies cosmiques sont à l’origine des mondes d’existence terrestre et spirituel : c’est le Vajrayāna. J’ai conçu la pièce en une gradation des différentes étapes du monde spirituel. J’ai retranscrit ces états par le biais de motifs musicaux rythmiques - le plus souvent - car le rythme est au coeur de la nature et des énergies. À chaque élément correspond un motif musical.
Ratna (Terre ) est une énergie primaire, puissante, mais réprimée. Ainsi s’entremêlent tous les mystères de la Terre.
Vajra (Eau) exprime l’angoisse dans son aspect défensif - la tempête - s’évanouissant en une nappe paisible.
Padma (Feu) est le lieu spirituel atteint par les émotions brûlantes et ardentes, sans maîtrise intérieure : c’est le lieu des dérèglements.
Karma (Vent) correspond à un élément impalpable, léger, fuyant.
Enfin, *Vairocana (Espace* ) réunit tous les éléments. Intemporel, c’est l’état le plus puissant dans cette quête de la transcendance ; l’ineffable accomplissement de l’élévation de l’âme ; l’apaisement. »
Camille Pépin**

Ailleurs sur le web

Sur le même thème

Les invités :
L'équipe de l'émission :