Alla Breve
Magazine
Mardi 26 novembre 2013
4 min

« Il regno dell’acqua » de Zad MOULTAKA (2/5)

Troisième chapitre du partenariat entre nos Alla Breve et la Biennale de Venise, avec la diffusion d'un nouvelle pièce de Zad Moultaka : "Il regno dell'aqua", interprétée par l'ensemble l'Instant Donné.

« Il regno dell’acqua » de Zad MOULTAKA (2/5)
Le compositeur Zad Moultaka par Catherine Peillon

Cette commande de Radio France a été donnée en concert dans un premier temps à la Biennale de Venise le 11 octobre puis enregistrée le 26 octobre par l'Ensemble l'Instant Donné, avec Elsa Balas (alto), CarolineCren (piano), Saori Furukawa (violon), Mathieu Steffanus (clarinette), Nicolas Carpentier (violoncelle), Maxime Echardour (percussions) et Cédric Jullion (flûte)

"Il regno dell'acqua", ce sont cinq déclinaisons de l'univers poétique si particulier de la ville de Venise.
Le compositeur est parti d'une idée poétique, différente à chaque fois, qu'il a placée en exergue à chaque nouvement.
La ville de Venise a le don du reflet des choses, le don de mémoire peut-être aussi.
Dans sa suite instrumentale composée pour l'Ensemble l'Instant Donné, Zad Moultaka se livre à un jeu de miroir : les souvenirs de son enfance à Beyrouth viennent se réfléchir dans le miroir de Venise...

2 - La pioggia ha paura del temporale (la pluie a peur de l’orage)
"Aujourdhui Venise s’est emparée de la pluie qui hésite, effrayée par les regards de la nuit." (Z Moultaka)

En partenariat avec
La Biennale de Venise

Logo Biennale Venise 2013
Logo Biennale Venise 2013

et

L'ensemble L'instant Donné
L'ensemble L'instant Donné

Présentation de l’oeuvre, par Catherine Peillon :
L’eau bienfaitrice, l’eau destructrice, - inondations, débordements -, l’eau qui dilue et nettoie… le règne de l’eau. Cette pièce est écrite et consacrée à Venise, son corps liquide, inséparable de son âme de lagune. Pluie, bruine, brume, l’image de la ville se brouille - floue -, s’écaille, engloutit et reflète. Les cinq mouvements sont des fragments instrumentaux concis et ouvragés, chacun se dissout entièrement dans une sensation - suspension, mirage, fêlure, miroitement - qui nous relie à l’espace intimement poétique de la Ville. A l’heure où le monde est au chevet de la cité menacée, le compositeur-peintre choisit le thème de l’eau et de la lumière, comme en peinture il vient d’achever une série intitulée Le Feu de l’eau. On trouve ici les mêmes forces en œuvre, la même intensité, les mêmes traces de déchirure dans une forme très abstraite. Des sons, de soyeux ou rugueux jeux de timbres, mis à nu. Une matière intérieure, calme ou bouillonnante, inconnue, presqu’indéchiffrable. A la frontière de l’être et du non être dans le sens où l’Iphigénie d’Euripide ose énoncer "Regarder la lumière est pour les mortels la chose la plus douce ; ce qui est en-dessous de la terre est néant " *.

  • Euripide Iphigénie à Aulis, 1218

Ailleurs sur le web

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :