Alla Breve
Magazine
Lundi 19 janvier 2015
4 min

« Caro m'è'l sonno » de Caroline Marçot (1/5)

La compositrice de la semaine dans Alla Breve est Caroline Marçot, qui a imaginé pour cette séquence une musique pour consort de violes - trois violes de gambre - inspirée par la poésie de Michel Ange (caro m' è 'l sonno, cher m'est le sommeil...).

« Caro m'è'l sonno » de Caroline Marçot (1/5)
Atsushi Sakaï, Isabelle Saint-Yves, et Marion Martineau et vignette Caroline Marçot, en enregistrement pour Alla Breve, par S Noël

« Caro m'è'l sonno » pour consort de violes, de Caroline Marçot
Interprété par l’Ensemble Sit Fast :
Avec : Atsushi Sakaï, Isabelle Saint-Yves, et Marion Martineau, violes de gambe
Commande et Création, enregistrée à Radio-France le 19 décembre 2014

Caroline Marçot et Atsushia Sakai en répétition par S Noël
Caroline Marçot et Atsushia Sakai en répétition par S Noël

1er mouvement :
La poésie de Michel-Ange est chère au coeur de la compositrice Caroline Marçot, au point d'avoir suscité la naissance de tout un cycle autour de Michel Ange. La première page de ce cycle, Tratti Ritrato, a été imaginée en 2012 pour un consort de violes, l'ensemble Sit fast.
Un an et demi plus tard, nos Alla Breve donnent l'occasion à Caroline Marçot de poursuivre ce cycle autour de Michel Ange et la collaboration avec l'Ensemble Sit Fast.

Têtes de violes et Marion Martineau par S Noël
Têtes de violes et Marion Martineau par S Noël

Cette fois, trois violistes sont réunis dans notre studio. ils jouent aujourd'hui le premier mouvement de la pièce, un mouvement qui porte en exergue l'incipit du quatrain de Michel Ange : caro m'è 'l sonno / cher m'est le sommeil
(Rimes, Quatrain 247)

Isabelle Saint Yves et Marion Martineau par S Noël
Isabelle Saint Yves et Marion Martineau par S Noël

Caro m'è 'l sonno
Caro m'è 'l sonno, e piu l'esser di sasso,
mentre che'l danno e la vergogna dura ;
non veder, non sentir m'è gran ventura;
pero non mi destar, deh, parla basso.

Cher m'est le sommeil, et plus être de pierre
tant que la honte et le dommage durent,
ne pas voir ni ouïr m'est grand bonheur,
ne m'éveille pas, de grâce, parle bas !

Ailleurs sur le web

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :