Dimanche 1 décembre 2013
29 min

« Il regno dell’acqua » de Zad MOULTAKA (Diffusion intégrale)

Troisième chapitre du partenariat entre nos alla breve et la Biennale de Venise avec la diffusion d'un nouvelle pièce de Zad Moultaka : "Il regno dell'aqua", interprétée par l'ensemble l'Instant Donné.

Cette commande de Radio France a été créée en concert d'abord à la Biennale de Venise le 11 octobre puis enregistrée le 26 octobre 2013 à Radio France par l'Ensemble l'Instant Donné, avec ElsaBalas (alto), Caroline Cren (piano), Saori Furukawa (violon), Mathieu Steffanus (clarinette), Nicolas Carpentier (violoncelle), Maxime Echardour (percussions) et Cédric Jullion (flûte)

Venise est au coeur de cette partition de Zad Moultaka. Le compositeur a un attachement tout particulier à cette ville ; il y a fait plusieurs séjours et s'est peu à peu laissé contaminer par la magie poétique de cette ville où le temps - à l'image même de la ville accrochée entre ciel et lagune - semble être suspendu. Chaque mouvement de "Il Regno dell Acqua" ou "le règne de l'eau", porte en exergue une idée poétique couchée sur le papier par Zad Moultaka. Cette suite instrumentale est donc née d'un procédé assez proche de celui qui a inspiré dans le passé Franz List au moment de composer quelques-une des pièces de ses "Années de Pèlerinage ". Mais Zad Moultaka est allé plus loin, en saisissant, par les mots d'abord, une image ou une idée poétique à partir de laquelle la musique a jailli.

1 - In sospeso (en suspens) (Diffusion lundi 25 novembre 2013)
"Le visage se transforme au gré des miroitements… Venise... Cicatrice se cherchant entre les eaux vertes et les hirondelles".

2 - La pioggia ha paura del temporale (la pluie a peur de l’orage) (Diffusion 26 novembre 2013)
"Aujourdhui Venise s’est emparée de la pluie qui hésite, effrayée par les regards de la nuit."

3 - Le campane inghiottite (les cloches englouties) (Diffusion 27novembre 2013)
"La ville s’enfonce dans le tintement des choses."

4 - Le scaglie della nebbia (les écailles du brouillard) (Diffusion 27 novembre 2013)
"Les écailles de la brume et le morcellement des lunes infimes".

5 - L’altro sguardo del viso (l’autre regard du visage) (Diffusion 28 novembre 2013)
"Elle se regarde dans les yeux, le visage frissonnant sur la peau du miroir…"

Peintre et poète à ses heures, Zad Moultaka est en rapport constant avec la littérature et ses oeuvres vocales abondent.
Lors du dernier festival "Présences", le compositeur nous a révélé par exemple "Callara II", une partition très puissante sur des textes prophétiques en maya ancien. Par ailleurs, les ensembles Musicatreize, Proxima Centauri et L'itinéraire nous ont permis de découvrir cet automne sa nouvelle pièce pour choeur et orchestre sur des fragments de Sapho de Mytilène.

En partenariat avec
La Biennale de Venise

Logo Biennale Venise 2013
Logo Biennale Venise 2013

et

Ensemble L'instant Donné par Suzanne Brun
Ensemble L'instant Donné par Suzanne Brun

Présentation de l’oeuvre, par Catherine Peillon :
L’eau bienfaitrice, l’eau destructrice, - inondations, débordements -, l’eau qui dilue et nettoie… le règne de l’eau. Cette pièce est écrite et consacrée à Venise, son corps liquide, inséparable de son âme de lagune. Pluie, bruine, brume, l’image de la ville se brouille - floue -, s’écaille, engloutit et reflète. Les cinq mouvements sont des fragments instrumentaux concis et ouvragés, chacun se dissout entièrement dans une sensation - suspension, mirage, fêlure, miroitement - qui nous relie à l’espace intimement poétique de la Ville. A l’heure où le monde est au chevet de la cité menacée, le compositeur-peintre choisit le thème de l’eau et de la lumière, comme en peinture il vient d’achever une série intitulée Le Feu de l’eau. On trouve ici les mêmes forces en œuvre, la même intensité, les mêmes traces de déchirure dans une forme très abstraite. Des sons, de soyeux ou rugueux jeux de timbres, mis à nu. Une matière intérieure, calme ou bouillonnante, inconnue, presqu’indéchiffrable. A la frontière de l’être et du non être dans le sens où l’Iphigénie d’Euripide ose énoncer "Regarder la lumière est pour les mortels la chose la plus douce ; ce qui est en-dessous de la terre est néant " *.

  • Euripide Iphigénie à Aulis, 1218

Programmation musicale :
♫. "Fanàriki", concerto pour cymbalum et ensemble instrumental
d’après "Sept chants de guerre" de Ivan Silinski
Alexandre Sura, cymbalum
NEM (Nouvel ensemble Moderne), direction Lorraine Vaillancourt
=- tous les renseignements sur cette oeuvre sur le site de Zad Moultaka

♫. Callara II, pour 16 chanteurs, 2 pianos, 2 harpes, 2 percussions
Victoria Harmandjieva & Jay Gottlieb : pianos, Célia Perrard & Annabelle Jarre : harpes, Christian Hamouy & Claudio Bettinelli : percussions
Ensemble Musicatreize, direction Roland Hayrabédian
=- tous les renseignements sur cette oeuvre sur le site de Zad Moultaka

♫. "Où en est la Nuit" pour ensemble
par le NEM (Nouvel ensemble Moderne) de Montréal
direction Lorraine Vaillancourt
=- tous les renseignements sur cette oeuvre sur le site de Zad Moultaka

Lien vers l'exposition de peinture"Le feu de l'eau" de Zad Moultaka

Expo Le feu de l'eau de Zad Moultaka
Expo Le feu de l'eau de Zad Moultaka

Ailleurs sur le web

L'équipe de l'émission :