Dimanche 28 décembre 2014
30 min

« Akoigraphophonia » de Jean-Léon Pallandre (Diffusion intégrale)

Le compositeur de la semaine dans Alla Breve est Jean-Léon Pallandre qui a imaginé pour cette émission une authentique pièce radiophonique conçue en étroite collaboration avec notre équipe de son et avec deux musiciens : Frédéric Blondy et Jérôme Noetinger.

« Akoigraphophonia » de Jean-Léon Pallandre
Pour piano, magnétophone à bande, voix et phonographies
Avec Frédéric Blondy, piano & Jerôme Noetinger, magnétophone à bande Revox
Création enregistrée le 6 décembre à Radio France

Diffusion intégrale :
"Composer : former un tout par assemblage. Ecrire : tracer les signes graphiques qui représentent une langue. Akoigraphophonia joue à explorer les tensions entre ces deux gestes que sont la composition et l’écriture. Et elle le fait dans un regard porté justement sur l’histoire et les paradoxes de la phonographie, l’art d’écrire l’audible.
Jean-Léon Pallandre compose, dans le studio de France Musique, un assemblage particulier : un piano, un magnétophone à bande, une voix, des traces sonores enregistrées. Et il propose à ses invités, Frédéric Blondy, piano, Jérôme Noetinger, magnétophone à bande, une conduite en cinq mouvements que les trois musiciens vont jouer, déjouer, faire vibrer pour la console de la Radio. L’écriture de la pièce se fait ici directement sur le disque dur, et la composition n’est pas un assemblage de notes, mais une conjonction d’intentions.
Akoïgraphophonia, écouter graver sonner. Comment dit-on au juste sonner, jouer, émettre, faire vibrer, faire entendre… Voilà que notre vocabulaire fait défaut pour nommer clairement ce qui pourtant est l’événement lui-même, le plus simple, ce que l’on fait que l’on entend. Phoner serait peut-être le mot juste…"

Jean-Léon Pallandre est artiste sonore et musicien phonographiste. Son instrument de musique c'est d'abord et surtout le micro. A partir de prises de son qu'il réalise sur des sites ou dans des contextes choisis et variés, il développe un travail de création sonore qu'il nomme la phonographie. Ou plutôt, c'est le nom qu'il lui donnait jusque là, car depuis qu'il a composé pour nos Alla Breve ses 5 Poèmes sur la phonographie, il a revisité ce terme de phonographie pour en inventer un autre : Akoigraphophonia.
Je dis, je parle... Précisément, dans les phonographies qui vont se faire entendre ce soir, plusieurs voix apparaissent : celle du compositeur et celle aussi d'un formidable collectionneur de phonographes David Silvestre,installé à Saint-Nazaire, et chez qui Jean-Léon Pallandre a passé un bon moment. Ces prises de son ont été la première étape de Akoigraphophonia. Avec Jean-Léon Pallandre, nous épluchons ce soir l'oignon que forme cette nouvelle pièce avec ses couches multiples de son. Il y a une autre peau, une autre couche qui n'a pas été évoquée jusqu'à présent. Ce n'est pas une voix cette fois. Ce sont deux musiciens avec qui Jean-Léon Pallandre a travaillé en étroite collaboration sur cette composition : le pianiste Frédéric Blondy et Jérôme Noetinger au Revox, le magnétophone à bande.
Akoigraphophonia va dérouler ce soir ses cinq moments :
Ouverture
La voix
Paysage
Conférence
Final

Programmation additionnelle :
"Gaycre " de et par Jean-Léon Pallandre, Xavier Charles et Michel Doneda, Ref OUIE DIRE PP 1212
"Phare des Roches Douvres " de Yann Parenthoën, Ref OUIE DIRE PP 0504
"Sonate baroque " de Alain savouret, Ref CDM LDC 2781101
"Jardin sauvage " de Jean-Léon Pallandre et Marc Pichelin, Ref OUIE DIRE

Ailleurs sur le web

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :