All that Jazz
Programmation musicale
Samedi 14 février 2015
59 min

Billie Holiday (2/4) : un fruit étrange (1939-1945)

"Lady Day", née en 1915, sera confrontée sa vie durant aux violences sociales, aux préjugés raciaux et sexistes, la reconnaissance de son talent ne parvenant pas à réparer sa détresse, ni à la sauver de la déchéance...

A l'occasion du centenaire de sa naissance, voyage dans la vie d'une interprète emblématique, de ses débuts phonographiques à l'âge de dix-huit ans jusqu'à sa disparition précoce, à quarante-quatre ans, en 1959. Deuxième volet, autour du point de bascule marqué par l'enregistrement de la chanson "Strange fruit", en 1939...

Billie Holiday, chanteuse du siècle, si l’on en croit la « Une » du mensuel Jazz Magazine qui fête le lancement de sa nouvelle formule dans le numéro de février. Franck Bergerot y raconte les circonstances de la naissance d’une chanson, « fruit étrange » qui sert de sous-titre à cette émission, Strange Fruit.

Visuel Jazz Magazine Février 2015
Visuel Jazz Magazine Février 2015

Site du mensuel Jazz Magazine

Au début de l’année 1939, Billie Holiday n’a pas encore vingt-quatre ans mais elle possède déjà une riche expérience, aussi bien comme chanteuse de big bands qu’au sein de splendides petites formations, entourée de solistes de tout premier plan le plus souvent placés sous la direction artistique du pianiste Teddy Wilson. Le choix des titres, l’appréhension du texte, l’imprégnation mélodique et l’appropriation de ce répertoire sont au cœur du projet de la chanteuse.

Cette année sera une année-charnière pour Billie qui grave en studio quelques semaines plus tard une chanson qu’elle interprète déjà sur scène, au Café Society, dans le quartier de Greenwich Village, repaire du New York branché et ancré à gauche. Une chanson qui va changer le sens de sa carrière et de sa vie. Frankie Newton à la trompette et Sonny White au piano sont à ses côtés le 20 avril 1939 pour graver Strange Fruit pour le petit label Commodore de Milt Gabler, la maison Columbia ayant refusé d’enregistrer la chanson. Un texte signé Lewis Allan, pseudonyme d’Abel Meeropol, professeur d’anglais engagé, communiste, qui avait été profondément choqué par une photographie parue dans un journal de l’Indiana à l’été 1930, où l’on voyait une foule se presser au pied d’un arbre ayant servi au lynchage de deux Noirs américains. Le texte de la chanson décrit avec beaucoup de précision et un certain sens poétique les corps suppliciés, comme d’étranges fruits, l’odeur de chair brûlée se mêlant à la senteur des magnolias, avec du sang sur les feuilles et les racines des arbres, puis la putréfaction des corps jusqu’à la chute, « a strange and bitter crop », « une étrange et amère récolte ». Sur ce dernier mot, le projecteur qui éclairait le visage de Billie Holiday, sur la scène du Café Society, s’éteignait.

Rien n'est plus comme avant, après cet enregistrement, pour Billie Holiday. Son mentor, John Hammond, pense qu’elle fait fausse route et y voit le point de bascule vers la déchéance, jusqu’à sa mort en 1959. C’est pourtant le début d’une nouvelle ère pour Billie, où sa manière de traiter le texte évolue vers quelque chose de plus personnel encore. Le 13 décembre 1939, Billie s’approche à nouveau du son de l’orchestre de Count Basie aux côtés des trompettistes Buck Clayton et Harry Edison, des saxophonistes Earle Warren, Jack Washington et LesterYoung, et de la section rythmique formée par Freedie Green, Walter Page et Jo Jones, respectivement guitare, contrebasse et batterie. Au cours de la même séance, elle enregistre un chef d'oeuvre : la chanson des frères Gershwin, The Man I Love … Son implication dans l’interprétation des paroles, la ligne mélodique elle-même, l’intervention de son cher Lester Young en soliste au ténor ; tout concourt à la beauté de cette interprétation.

N’en déplaise aux oiseaux de mauvaise augure, le talent de Billie Holiday continue à donner de beaux chefs-d’œuvre dans les années qui suivent, avec bien souvent des interprétations de standards qui font date et servent encore aujourd’hui de référence : Body and Soul en février 1940, avec le formidable Roy Eldridge à la trompette ; God Bless the Child en 1941, dont les paroles sont signées par la chanteuse, qui deviendra par la suite un standard repris par de nombreux interprètes dans des genres musicaux très divers ; Trav’lin’ Light en 1942, dont le thème du voyageur sans bagage, libre comme le vent, lui va comme un gant...

L’année 1943, conséquence d’une grève des enregistrements, reste vierge dans la discographie de Billie Holiday, que l'on retrouve sur scène au plus haut niveau à New York, en janvier 1944, pour un concert organisé par le magazine Esquire.

Billie Holiday renoue avec les studios en mars 1944, dans des séances pour le label Commodore. Mais c'est avec le label de disques Decca, en octobre 1944, que s'annonce le début d'une nouvelle ère pour la chanteuse, qui y bénéficie d’un environnement plus fourni, avec des cordes, notamment, qui valoriseront l’intensité de son chant.

Le 24 février 1959, Billie Holiday aux côtés du pianiste Mal Waldron, sous la direction de Peter Knight, à Londres. Strange Fruit, toujours au répertoire de la chanteuse vingt après...

Programmation musicale :
♫ V. Youmans / B. Rose / E. Eliscu

More Than You Know
Teddy Wilson and his orchestra
Teddy Wilson, piano
Roy Eldridge, trompette
Benny Carter, saxophone alto
Ernie Powell, saxophone ténor
Danny Barker, guitare
Milt Hinton, contrebasse
Cozy Cole, batterie
Enr. 30 janvier 1939 (NYC)
Billie Holiday « Lady Day : The Complete Billie Holiday on Columbia 1933-1944 »
Columbia Legacy CXK 85470

**♫ Lewis Allan (aka Abel Meeropol, 1903-1986)
Strange Fruit
Billie Holiday with Frankie Newton and his orchestra
Frankie Newton, trompette et direction
Tab Smith, saxophone alto
Kenneth Hollon, Stanley Payne, saxophones ténor
Sonny White, piano
Jimmy McLin, guitare
John Williams, contrebasse
Eddie Dougherty, batterie
Billie Holiday**, chant
Enr. 20 avril 1939 (NYC)
Billie Holiday « Complete Edition, Volume 8, 1939 »
Masters Of Jazz MJCD 70

**♫ Billie Holiday (1915-1959)
Fine And Mellow
Billie Holiday with Frankie Newton and his orchestra
Frankie Newton, trompette et direction
Tab Smith, saxophone alto
Kenneth Hollon, Stanley Payne, saxophones ténor
Sonny White, piano
Jimmy McLin, guitare
John Williams, contrebasse
Eddie Dougherty, batterie
Billie Holiday**, chant
Enr. 20 avril 1939 (NYC)
Billie Holiday « Complete Edition, Volume 8, 1939 »
Masters Of Jazz MJCD 70

**♫ J. Kern / O. Harbach
Yesterdays
Billie Holiday, chant
Kenneth Hollon, saxophone ténor
Sonny White, piano
Jimmy McLin, guitare
John Williams, contrebasse
Eddie Dougherty**, batterie
Enr. 20 avril 1939 (NYC)
Billie Holiday « Complete Edition, Volume 8, 1939 »
Masters Of Jazz MJCD 70

**♫ I. Kitchings Wilson / A. Herzog
Some Other Spring
Billie Holiday and her orchestra
Billie Holiday, chant et direction
Charlie Shavers, trompette
Tab Smith, saxophone alto
Kenneth Hollon, Stanley Payne, saxophone ténor
Sonny White, piano
Bernard Addison, guitare
John Williams, contrebasse
Eddie Dougherty**, batterie
Enr. 5 juillet 1939 (NYC)
Billie Holiday « Lady Day : The Complete Billie Holiday on Columbia 1933-1944 »
Columbia Legacy CXK 85470

**♫ M. Pinkard / W. Tracey / D. Tauber
Them There Eyes
Billie Holiday and her orchestra
Billie Holiday, chant et direction
Charlie Shavers, trompette
Tab Smith, saxophone alto
Kenneth Hollon, Stanley Payne, saxophone ténor
Sonny White, piano
Bernard Addison, guitare
John Williams, contrebasse
Eddie Dougherty**, batterie
Enr. 5 juillet 1939 (NYC)
Billie Holiday « Lady Day : The Complete Billie Holiday on Columbia 1933-1944 »
Columbia Legacy CXK 85470

**♫ Cole Porter (1891-1964)
Night And Day
Billie Holiday and her orchestra
Billie Holiday, chant et direction
Buck Clayton, Harry Edison, trompettes
Earle Warren, saxophone alto
Jack Washington, saxophones alto et baryton
Lester Young, saxophone ténor
Joe Sullivan, piano
Freddie Green, guitare
Walter Page, contrebasse
Jo Jones**, batterie
Enr. 13 décembre 1939 (NYC)
Billie Holiday « Lady Day : The Complete Billie Holiday on Columbia 1933-1944 »
Columbia Legacy CXK 85470

**♫ George Gershwin / Ira Gershwin
The Man I Love
Billie Holiday and her orchestra
Billie Holiday, chant et direction
Buck Clayton, Harry Edison, trompettes
Earle Warren, saxophone alto
Jack Washington, saxophones alto et baryton
Lester Young, saxophone ténor
Joe Sullivan, piano
Freddie Green, guitare
Walter Page, contrebasse
Jo Jones**, batterie
Enr. 13 décembre 1939 (NYC)
Billie Holiday « Lady Day : The Complete Billie Holiday on Columbia 1933-1944 »
Columbia Legacy CXK 85470

**♫ J. Green / E. Heyman / R. Sour / F. Eyton
Body and Soul
Billie Holiday and her orchestra
Billie Holiday, chant et direction
Roy Eldridge, trompette
Jimmy Powell, Carl Frye, Kermit Scott, anches
Sonny White, piano
Lawrence Lucie, guitare
John Williams, contrebasse
Harold Doc West**, batterie
Enr. 29 février 1940 (NYC)
Billie Holiday « Lady Day : The Complete Billie Holiday on Columbia 1933-1944 »
Columbia Legacy CXK 85470

**♫ G. Marks / S. Simons
All Of Me
Billie Holiday acc. by Eddie Heywood and his orchestra
Shad Collins, trompette
Leslie Johnakins, Eddie Barefield, saxophones alto
Lester Young, saxophone ténor
Eddie Heywood, piano, direction et arrangement
John Collins, guitare
Ted Sturgis, contrebasse
Kenny Clarke, batterie
Billie Holiday**, chant
Enr. 21 mars 1941 (NYC)
Billie Holiday « Lady Day : The Complete Billie Holiday on Columbia 1933-1944 »
Columbia Legacy CXK 85470

**♫ Billie Holiday / A. Herzog
God Bless The Child
Billie Holiday acc. by Eddie Heywood and his orchestra
Roy Eldridge, trompette
Lester Boone, Jimmy Powell, saxophones alto
Ernie Powell, saxophone ténor
Eddie Heywood, piano, direction et arrangement
Paul Chapman, guitare
Grachan Moncur, contrebasse
Herbert Cowens, batterie
Billie Holiday**, chant
Enr. 9 mai 1941 (NYC)
Billie Holiday « Lady Day : The Complete Billie Holiday on Columbia 1933-1944 »
Columbia Legacy CXK 85470

**♫ R. Seress / L. Javor / S. M. Lewis
Gloomy Sunday
Billie Holiday acc. by Teddy Wilson and his orchestra
Emmett Berry, trompette
Jimmy Hamilton, clarinette
Hymie Schertzer, clarinette et saxophone alto
Babe Russin, clarinette et saxophone ténor
Teddy Wilson, piano et direction
Al Casey, guitare
John Williams, contrebasse
J. C. Heard, batterie
Billie Holiday**, chant
Enr. 7 août 1941 (NYC)
Billie Holiday « Lady Day : The Complete Billie Holiday on Columbia 1933-1944 »
Columbia Legacy CXK 85470

**♫ Jimmy Mundy / Trummy Young / Johnny Mercer
Trav’lin’ Light
Paul Whiteman and his orchestra
Billie Holiday, chant
Skip Layton, trombone solo
Paul Whiteman**, direction
Enr. 12 juin 1942 (LA)
Billie Holiday « Complete Edition, Volume 12, 1942-1944 »
Masters Of Jazz MJCD 114

**♫ J. Green / E. Heyman
I Cover the Waterfront
Billie Holiday acc. by Eddie Heywood and his orchestra
Doc Cheatham, trompette
Vic Dickenson, trombone
Lem Davis, saxophone alto
Eddie Heywood, piano, direction et arrangement
Teddy Walters, guitare
John Simmons, guitare
Sidney Catlett, batterie
Billie Holiday**, chant
Enr. 25 mars 1944 (NYC)
Billie Holiday « Complete Edition, Volume 12, 1942-1944 »
Masters Of Jazz MJCD 114

**♫ R. Ramirez / J. Davis / J. Sherman
Lover Man
Billie Holiday acc. by Toots Camarata and his orchestra
Toots Camarata, direction et arrangement
Billie Holiday**, chant
Enr. 4 octobre 1944 (NYC)
Billie Holiday « Complete Edition, Volume 14, 1944-1945 »
Masters Of Jazz MJCD 141

Sur le même thème

Les invités :
L'équipe de l'émission :
Mots clés :