A l'improviste
Magazine
Jeudi 14 mars 2019
1h

Concert A l'Improviste à l'Alliance française avec Géraldine Keller et Dominique Pifarély

Dans A l’Improviste ce soir un jeu de contrepoint entre la musique et les mots grâce à Géraldine Keller et Dominique Pifarély venus improviser le 11 février dans cette émission autour de poèmes de Paul Celan.

Concert A l'Improviste à l'Alliance française avec Géraldine Keller et Dominique Pifarély
Dominique Pifarély et Géraldine Keller à l'Alliance Française, © Radio France / Soizic Noël

A l’Improviste Hors les murs à l’Alliance française
Avec Géraldine Keller (voix, flûte) et Dominique Pifarély (violon)
Concert enregistré le 11 février 2019 au Théâtre de l’Alliance française à Paris

Cette émission est faite pour celles et ceux qui aiment les jeux de contrepoint entre la musique et la littérature seront comblés, et sans doute étonnés par ce que ce duo d’improvisateurs parvient à imaginer dans l’instant autour des mots du poète Paul Celan, poète roumain de langue allemande, né en Bucovine en 1920 et mort à Paris en 1970.
La poésie de Celan dessine un fil rouge dans la vie et dans la musique de Dominique Pifarély. En 2002, il avait déjà imaginé un oratorio pour choeur de chambre sur des poèmes de Celan, " Anabasis ".
Cinq ans plus tard, avec le haute-contre Dominique Visse, il explorait un autre cycle de poèmes " Im Lichte ". Ces deux plongées dans l’univers de Paul Celan n’ont pas échappé à la vigilance d’une passionnée de littérature allemande Alexandra Cadu, tête pensante d’une série de concerts littéraires qui ont eu lieu ces dernières années au Petit faucheux à Tours.
Le duo qui nous occupe ce soir est né de cette façon ! 

Il y a dans la poésie de Celan ce que l’auteur appelait lui-même la contre-langue, c'est à dire une langue de l’après-cataclysme qui porte en elle les blessures de l’holocauste, le silence imposé aux survivants (dont Celan), et l’incapacité de dire l’innommable. Mais au-delà de la mémoire en œuvre, cette poésie souvent cryptée, facturée, très dépouillée, a son rythme propre. C’est ce qu’aime Dominique Pifarély chez ce poète.

Dominique Pifarély et Géraldine Keller à l'Alliance française
Dominique Pifarély et Géraldine Keller à l'Alliance française, © Radio France / Soizic Noël

De son côté, Géraldine Keller elle aussi développe des liens de plus en plus étroits avec certains auteurs ; Agota Kristoff quand elle chante au sein du Lousadzak de Claude Tchamitchian, ou Eugène Savitskaia lorsqu’elle improvise aux côtés de Christelle Séry. Et puis il y a sa rencontre avec le poète, romancier et dramaturge malgache Raharimana.
Sa plongée dans l’univers de Paul Celan lui a permis d’aller plus loin dans son langage d’improvisatrice, d’autant que la langue allemande est très familière pour cette musicienne, née à Strasbourg.

Le 11 février, les poèmes de Celan étaient posés sur le pupitre de Géraldine Keller, qui les mettait en bouche, en allemand et en français tour à tour.
Dominique Pifarély pouvait voir ces textes de sa place. Ces poèmes étaient en quelque sorte la partition autour de laquelle l’imagination des deux musiciens s’est enflammée.
Ce duo peut donner des idées je crois aux compositeurs d’aujourd’hui, tant la relation entre les mots, la musique et l’invention est accomplie dans ce duo né il y a quatre ans, et qui devrait continuer à nous enchanter encore et encore ! 

Titres des poèmes de Paul Célan chantés par Géraldine Keller :
1. STIMMEN dans "Sprachgitter / Grille de Parole"
traduction Martine Broda, Édition bilingue Christian Bourgeois Éditeur
2. EINE GAUNER- UND GANOVENWEISE dans "Die Niemandrose / La rose de personne"
traduction Martine Broda, Édition José Corti
3. DAS WORT VOM ZUR-TIEFE-GEHN dans "Die Niemandrose / La rose de personne"
traduction Martine Broda, Édition José Corti
4. IN DER LUFT dans "Die Niemandrose / La rose de personne"
traduction Martine Broda, Édition José Corti)
5. UNTER EIN BILD dans "Sprachgitter / Grille de Parole"
traduction Martine Broda , Édition bilingue Christian Bourgeois Éditeur
6. HÖRRESTE, SEHRESTE dans "Lichtzwang"
("Paul Celan. Die Gedichte", Suhrkamp, kommentierte Gesamtausgabe, S. 275)
7 . IN DIE FERNE dans "Sprachgitter / Grille de Parole"
traduction Martine Broda , Édition bilingue Christian Bourgeois Éditeur
8 . EINMAL, dans "Atemwende"
("Paul Celan. Die Gedichte", Suhrkamp, kommentierte Gesamtausgabe, S. 214)
9 . GESPRÄCH IM GEBIRG
(Paul Celan: "Der Meridian und andere Prosa", Bibliothek Suhrkamp, S. 23-29)
10. TÜBINGEN, JÄNNER dans "Die Niemandrose / La rose de personne"
traduction Martine Broda, Édition José Corti
11. MIT WECHSELNDEM SCHLÜSSEL aus "Von Schwelle zu Schwelle"
("Paul Celan. Die Gedichte", Suhrkamp, kommentierte Gesamtausgabe, S. 74)

Les invités :
L'équipe de l'émission :