A l'improviste
Magazine
Jeudi 23 mai 2019
1h

A l'Improviste à l'Alliance française, avec J. Demierre, A. Dörner et J Kocher - et Hommage à Tetsu Saitoh

Dans A l’Improviste ce soir une session live proposée au public du Théâtre de l’Alliance française le 08 avril : le trio DDK formé par le pianiste Jacques Demierre, le trompettiste Axel Dörner et l’accordéoniste Jonas Kocher. Cette émission est dédiée à la mémoire du contrebassiste Tetsu Saitoh !

A l'Improviste à l'Alliance française, avec J. Demierre, A. Dörner et J Kocher - et Hommage à Tetsu Saitoh
Jonas Kocher, Jacques Demierre et Axel Dörner à l'Alliance française pour "A l'improviste", © Radio France / Soizic Noël

PROCHAIN ET DERNIER ENREGISTREMENT PUBLIC DE LA SAISON "A L'IMPROVISTE" AU THEATRE DE L'ALLIANCE FRANCAISE (101 Bld Raspail, Paris VI)
LE LUNDI 10 JUIN A 19H30
AVEC LE DUO Raymond Boni (guitare) et Sakina Abdou (saxophone et flûte)
&
LE TRIO Peter Orins (batterie, électronique), Sakina Abdou (saxophone, flûte) & Barbara Dang (piano préparé)
RESERVATIONS OBLIGATOIRES SUR LE SITE DESEMISSIONS PUBLIQUESDE RADIO-FRANCE

-

L'émission d'aujourd'hui : Hommage à Tetsu Saitoh, et concert A l’Improviste Hors les murs à l’Alliance française, avec le Trio DDK
 

Première partie d'émission

Tetsu Saitoh nous a quittés dimanche dernier à 63 ans des suites d’une longue maladie. Tetsu Saitoh s’était illustré deux fois dans cette émission, à dix ans d’intervalle, au sein d’un trio qui l’associait aux deux improvisateurs français Michel Doneda (saxophone) et Frédéric Blondy (piano). C’était un musicien en dehors du commun, un magicien de l’improvisation, doublé d’un humain d’une grande profondeur. Tetsu Saitoh est né en 1955 à Tokyo. Il est venu à la musique en autodidacte. Il a été rapidement très actif dans son pays. Il jouait toutes sortes de musiques ; tango argentin, jazz, improvisation… Il a fait ses premières expériences dans le free jazz dans les années 1980. Il ne cessait de jeter des passerelles entre ces musiques et la musique traditionnelle japonaise et coréenne. Il a fait aussi des incursions du côté de la musique chamanique coréenne et a beaucoup collaboré avec la danse et le théâtre. C’était un esprit réactif, un explorateur gourmand et malicieux, et un humain très généreux. Dans le Japon de l’après tsunami, il a donné beaucoup de son temps pour reconstruire ce qu’un musicien était en mesure de reconstruire.
C’est certain, Tetsu Saitoh va beaucoup nous manquer !

Quand il a joué aux côtés de Michel Doneda et Frédéric Blondy dans notre studio 106 en mai 2016, Tetsu Saitoh était déjà atteint par la maladie qui l’a emporté. Et pourtant, je me souviens très bien de son humour et de son énergie sur scène (il a fini la session en jouant sur la contrebasse couchée sur le sol…).
Je suis sûre qu’il puisait cette énergie dans une forme de philosophie qui était palpable dans chacune de ses gestes et de ses propos. Cette émission est dédiée à sa mémoire ! 

Extrait du concert "A l'improviste" de mai 2016
Avec Tetsu Saitoh, Michel Doneda et Frédéric Blondy … et quelques paroles volées dans le cours de cette émission ! 

Tetsu Saitoh
Tetsu Saitoh, © Hideto Maezawa

+ Extraits des CD de Tetsu Saitoh :

" Orbit 1 "
Par Tetsu Saitoh (contrebasse), Kazuo Imai (guitare) et Michel Doneda (sax soprano)
LABEL TRAVESSIA

" Six trios improvisations with Tetsu & Naoki "
Par Tetsu Saitoh (contrebasse) & Naoki Kita (violon)
LABEL TRAVESSIA

Deuxième partie d'émission :

A l’Improviste se joue en trio ce soir, avec le trio DDK
D commeDemierre (le pianiste du groupe)
D commeDörner (à la trompette)
K commeKocher ( accordéon)
Concert enregistré en public le 08 avril 2019 au Théâtre de l’Alliance française à Paris
Avec le soutien de la ville de Biel / Bienne et du canton de Berne.

Ce trio est né il y a cinq ans à l’occasion d’une carte blanche que le festival Météo avait offerte au pianiste suisse Jacques Demierre. Depuis ce premier concert, il a donné beaucoup de concerts et enregistré deux disques : " Cone of Confusion " ( Label Bruit) et " Floating Piece of Space " (45t) 

Le pianiste Jacques Demierre écrit volontiers sur la musique, et particulièrement sur la musique de ce trio. Pour preuve, ces quelques lignes parues sur son " Abécédaire ", aux éditions Lenka Lente :
« A chaque nouveau concert du trio Demierre-Dörner-Kocher, l’expérience du son partagé   me renvoie à la même observation majeure: chacun des musiciens de l’ensemble jouit de   la liberté donnée par les deux autres de pouvoir à tout instant tirer de son instrument tous   les effets qu'il est susceptible d’émettre. Une liberté de jouer n’importe quel son à   n’importe quel moment, de produire n’importe quelle courbe sonore, n’importe quelle   forme acoustique appartenant à notre spectre sonore. Une liberté où « jouer   libre » voudrait surtout dire laisser l’autre libre de jouer ce qu’il veut, et quant à soi, comme   position « minimale », ne rien jouer qui pourrait éventuellement nuire à   l’autre (ce qui rappelle dans un autre domaine « l’éthique minimale » du   philosophe Ruwen Ogien). »
(Jacques Demierre) 

Cette liberté de jeu fait partie justement de ce que le trompettiste Axel Dörner apprécie dans ce trio aux couleurs bien spécifiques : un instrument à clavier - le piano, un instrument à vent - la trompette, et l’accordéon qui réunit les deux !
Le piano de Jacques Demierre est préparé, la trompette d’Axel Dörner est amplifiée par le micro ; c’est une trompette augmentée !
L’accordéon, lui, ne peut pas transformer le son, mais dans les mains de Jonas Kocher il prend une toute autre dimension et revient à son état premier ; celui d’une machine, d’une extension pulmonaire. 

La musique du trio DDK est une musique vivante, très vivante même, presqu’animale.
Elle sculpte le silence et l’espace : elle est en prise directe !
Elle diffère d’un lieu de concert à un autre ; elle a le don des métamorphoses.
Dans cette émission, chacun des musiciens laisse percer quelques clefs d’entrée dans cette musique.
Certes, au fil des concerts le trio s’est constitué un langage, un vocabulaire. Des processus se sont fixés (composition en temps réel ?).
Mais à l’intérieur de ce vocabulaire, il y a des surprises. Le silence, sa façon de faire irruption et le temps qu’il dure, fait partie justement de ces surprises ! 

La vidéo du concert :

Les invités :
L'équipe de l'émission :