A l'improviste
Magazine
Jeudi 8 mars 2018
1h

A l'improviste au Triton, avec Joëlle Léandre et Elise Caron

En cette Journée des Droits des Femmes sur France Musique, A l’Improviste s’improvise au féminin avec deux figures emblématiques de l’improvisation : la chanteuse Elise Caron et la contrebassiste Joëlle Léandre, invitées par le Triton aux Lilas le 10 février dernier.

A l'improviste au Triton, avec Joëlle Léandre et Elise Caron
Joëlle Léandre et Elise Caron en février 2018, © Jimmy Vivante du Triton

A l’Improviste auTriton, aux Lilas
Avec Elise Caron, voix, flûte et Joëlle Léandre, contrebasse, voix
Concert enregistré le 10 février 2018

Elle improvisent depuis toujours mais elles sont aussi compositrices et interprètes.
Les micros d’A l’Improviste ont saisi sur le vif leurs échanges sonores dans les murs du Triton, une salle de concert qu’il fautsoutenir, car elle se trouve ce moment en prise à des difficultés qui menacent la poursuite de ses activités de façon pérenne … 

Elise Caron et Joëlle Léandre ont parcouru du chemin en musique, et elles n’hésitent pas à prendre la parole quand il le faut.
Au cours de cette émission, elles évoquent pour nous la mise en jeu de la musicienne sur scène, et aussi ce qui dans ces moments d’improvisation est sacralisé et ce qui ne l’est pas. Elles abordent aussi un sujet sensible : la place des femmes dans l’univers du jazz. 

En femmes de scène, Elise Caron et Joëlle Léandre ont toutes les deux cette faculté à immédiatement accrocher l’attention et l’empathie du public. Ce concert du 10 février au Triton a été un moment joyeux : le public réagissait et se laisser ballotter au gré des improvisations, entre rire, sourire et émotion, au point qu’on pourrait presque écouter ce concert comme une successions de saynètes ou d’humeurs. Car ces dames-là ont le sens du théâtre … Elise Caron et Joëlle Léandre on le sait ont deux caractères bien trempés, et doués en même temps du talent de la métamorphose. Elle nous font traverser une série de paysages, d’humeurs. Elles vont chercher au plus profond d’elles-mêmes des sons, des voix anciennes parfois. Elles en jouent, et ce qui s’enflamme entre elles, se fait dans l’instant

Et puisqu’on parle de flamme…
On connaît la flamme de Joëlle Léandre quand il s’agit de défendre l’improvisation comme moyen d’expression premier, libéré de la hiérarchie habituelle rattachée au tandem compositeur / interprète.
On lui connaît aussi une autre flamme à défendre la place des femmes dans la musique. En décembre dernier, elle a fait paraître sur le net une lettre ouverte dans laquelle elle disait sa colère devant les résultats des dernières Victoires du Jazz, avec sa sélection exclusivement masculine.
Cette lettre ouverte, relayée par différents sites et médias, a fait réagir ; espérons qu’elle fasse bouger les lignes !

( => à ce sujet, écouter la chronique d’Aliette de Laleu sur France Musique)

A la fin de cette émission la contrebassiste prend la parole sur ce sujet, pour que cette Journée (et Nuit) des Droits des Femmes se termine sur une parole forte

Un merci particulier à Valérie Lavallard, opératrice du son à Radio France, pour son très beau mixage !

L'équipe de l'émission :