A l'improviste
Magazine
Jeudi 22 février 2018
1h

A l'improviste au Festival Umlaut (2ème émission)

Nous retournons ce soir au Lavoir Moderne Parisien pour un deuxième volet consacré au Festival UMLAUT. Au menu, des sons jaillis d’un orgue tout en bois, pas tout à fait ordinaire, et un orchestre éphémère qui revisite la musique de Louis Moholo !

A l'improviste au Festival Umlaut (2ème émission)
La soirée Umlaut au Lavoir Moderne Parisien, © Anton Hoffmann

Simon Rummel, orgue
et
The Yellow Desert Orchestra Experience, de Eve Risser
Improvisations autour de thèmes de Louis Moholo
avec
Luise Volkman, Sakina Abdou, Morgane Carnet, Luca Ventimiglia, Julien Desprez, Mélissa Hié, Belli Hié, Ophélia Hié, Oumarou Bambara, Joel Grip, Farida Amadou, Toma Gouband et Eve Risser.

Logo festival Umlaut
Logo festival Umlaut

Umlaut est né il y a une dizaine d’années à Stockholm et est aujourd’hui basé aussi bien à Berlin qu’à Paris.
Son mot d’ordre, son pivot, c’est l’idée de transformation du son, et c’est un collectif qui dit défendre aussi bien la musique improvisée, que la musique écrite par les compositeurs d’aujourd’hui, la chanson (sur cette édition la chanson polonaise), le bee-bop déstructuré, le free jazz, le swing et les performances artistiques en tout genre…
En résumé, c’est un collectif qui s’affranchit des barrières, des cloisons entre les genres et qui cultive le goût pour la recherche, ce qui n’est pas contradictoire avec le plaisir de jouer, bien au contraire ! Se rassembler et susciter des événements tels que le Umlaut Festival, dans une ambiance festive, est au coeur de la mission d’Umlaut ! Qu’on se le dise ….

L'orgue de Simon Rummel
L'orgue de Simon Rummel, © Anton Hoffmann

La scène du Lavoir Moderne Parisien a abrité pendant trois jours une drôle de structure en bois, sortie de l’imagination du pianiste et organiste de Cologne Simon Rummel. Cette structure n’est rien d’autre qu’un orgue modulable ... en tout cas portatif. On est entre l’installation et l’instrument de musique.
Simon Rummel évoque pour nous sa relation au bois (il est fils de menuisier) et la façon dont cet instrument fonctionne. On a le sentiment de revenir quelques siècles en arrière tant on est proche des premières orgues de l’histoire de la musique !
La musique que Simon Rummel déploie sur cet instrument aux possibilités restreintes (8 tuyaux, une manivelle, une roue à dents, deux assistants pour manoeuvrer le soufflet) est une musique de texture qui joue sur de micro-variations...

L'orgue en bois de Simon Rummel
L'orgue en bois de Simon Rummel, © Anton Hoffman
L'ogue de Simon Rummel intrigue...
L'ogue de Simon Rummel intrigue..., © Anton Hoffmann

Le 27 janvier, l’orgue de Simon Rummel a été invité à improviser avec le Yellow Desert Orchestra de la pianiste Eve Risser, un orchestre éphémère, créé pour l’occasion et pour mener une de ces « expériences » chères à la musicienne : revisiter la musique du batteur sud-africain Louis Moholo. Sur le « Yellow » de cet orchestre, Eve est restée secrète.
Mais évidemment, c’est le petit frère du White Desert Orchestra de la même pianiste compositrice !

percussionnistes sur scène
percussionnistes sur scène, © Anton Hoffmann

Ce que Eve Risser a souhaité ce soir-là, c'est faire résonner dans les murs du LMP la musique d’un musicien qu’elle a découvert récemment et qui d’emblée l’a fascinée par son énergie, l’engagement du corps, de l’âme aussi (réminiscences de gospels).. Pas de doute, Eve Risser a voulu que son orchestre invite le public du LMP à danser au rythme de la musique de Moholo, et son voeu s’est réalisé !!!
Difficile de résister au groove des musiciennes et musiciens du Benkadi Quartet de Bordeaux (balafons et percussions), invité par la pianiste.

The Yellow Desert Orchestra
The Yellow Desert Orchestra, © Anton Hoffmann

Autre caractéristique de cet orchestre tout feu tout flamme, la présence affirmée des musiciennes (on ne devrait même pas avoir à le souligner mais faisons-le tout de même) ; les soeurs Hié du Benkadi Quartet, la bassiste Farida Amadou, les saxophonistes Luise Volkman, Sakina Abdou et Morgane Carnet.
Beaucoup de joie et de vigueur dans cette Yellow Desert Orchestra Expérience. Les murs du LMP s’en souviennent encore !

les saxophonistes Luise Volkman, Sakina Abdou et Morgane Carnet.
les saxophonistes Luise Volkman, Sakina Abdou et Morgane Carnet., © Anton Hoffmann

Hommage particulier au LMP de la rue Léon (Paris 18ème), qui continue à oeuvrer malgré les difficultés financières, dans ce coin de Paris que les subventions et aides en tout genre semblent ignorer.
La Goutte d’Or est le territoire d’Umlaut. Beaucoup de musiciens de ce collectif ont vécu ou vivent là, mais c’est surtout un formidable lieu de rencontre, creuset de cultures d’une richesse incroyable. Soutenons le Lavoir Moderne Parisien !

Et un très grand merci à Anton Hoffmann, pour ses photos de la soirée !

L'équipe de l'émission :