30 minutes d'entracte
Magazine
Samedi 22 juin 2013
29 min

Spéciale Versailles

Avec Laurent Brunner, Direction Château de Versailles Spectacles et Hervé Burckel de Tell : directeur du Centre de Musique Baroque de Versailles

Né en Lorraine, Laurent Brunner a grandi à Verdun, dont la place dans l’histoire de France a éveillé son intérêt pour les matières historiques puis artistiques, et une curiosité particulière pour la langue, la culture et l’histoire de l’Allemagne et des pays frontaliers.

Etudes de piano, sauvegarde de la Cathédrale, passion naissante pour la musique baroque, organisation de premiers concerts. Il choisit Strasbourg pour faire des études d’Histoire de l’Art et d’Histoire (travail de Maîtrise sur Robert de Cotte, architecte de Versailles), y découvre véritablement la « musique ancienne » et l’opéra, se lie d’amitiés avec des interprètes, monte un festival à Verdun en 1990 auxquels participent William Christie, Philippe Herreweghe, Gerard Lesne, Marcel Pérès, pour les Mille ans de la Cathédrale. Il a 25 ans.

Le succès de la manifestation lui permet de la transformer en saison dès 91, puis de la fusionner avec celle du Théâtre Municipal dont il prend la direction en 1992, lui obtenant rapidement un label de scène conventionnée par l’Etat et les collectivités.Jean Luc Lagarce, Jérôme Savary, Hervé Niquet, Concerto Köln, Jordi Savall ou Marc Minkowski s’y succèdent. Pierrick Sorin, Sarkis et Jan Fabre y exposent.

En 1996, pour les 80 ans de la Bataille de Verdun, il invite le dramaturge allemand Heiner Müller à monter un projet : la censure du nouveau Maire, Arsène Lux (RPR), s’abat avant même le spectacle. La structure est démantelée par coupe des subventions municipales.

Laurent Brunner prend alors, une centaine de kilomètres plus à l’est, la direction de la moribonde Scène Nationale de Forbach et de l’Est Mosellan, travaillant sur 23 communes du Bassin Houiller Lorrain, qu’il modernise et redynamise, en l’appelant Le Carreau. Il investit un ancien puits de Mine (Carreau Wendel de Petite Rosselle) pour y présenter des spectacles, développe fortement l’offre de musique classique dans les lieux les plus divers en ajoutant de nouveaux partenariats artistiques (arrivent Reinhardt Goebel, Ton Koopman, Laurence Equilbey, la Philharmonie de Saint Petersbourg, Barbara Hendricks…), fait de la danse un fer de lance d’ouverture vers les publics (Decouflé, Preljocaj, De Kersmaeker, Flamand), prône l’avant-garde (Roméo Castellucci, Jan Fabre, Jean Michel Bruyère, Alain Platel) et crée un axe franco allemand, en programmant des spectacles des nouveaux maîtres berlinois (Castorf, Ostermeier) et en multipliant le public venu de la Sarre toute proche.

Le succès lui fait en parallèle monter un projet dans le cadre de la Mission 2000 en France, dirigée par Jean Jacques Aillagon. Avec le soutien de la Région Lorraine, un bâtiment industriel est entièrement rénové pour abriter une exposition bilingue multimédia, « L’Aventure du Travail », en coproduction avec la Cité des Sciences et de l’Industrie, et le Centre de Culture Contemporaine de Barcelone, pour un budget de 3 millions d’euros et 5 ME de travaux : 50.000 visiteurs s’y pressent en 4 mois. Puis en 2002, il prend la direction du Festival « Perspectives » de Saarbrücken (Allemagne) tout en conservant la direction de la scène nationale française.

Jean Jacques Aillagon, nommé Ministre de la Culture en mai 2002, lui demande de rejoindre son cabinet comme Conseiller Technique du Ministre, en charge du spectacle vivant. A l’issue du ministère de Jean Jacques Aillagon, Laurent Brunner est nommé Attaché Culturel de l’Ambassade de France en Allemagne, en poste à Berlin. Il y monte deux projets d’envergure, Art France Berlin en 2006 (arts plastiques, avec notamment Adel Abdessemed, Claude Levêque, Laurent Lebon et les collections du Centre Pompidou) puis France en scène en 2007 (spectacle vivant, 40 représentations en 1 mois, avec Patrice Chereau, le Ballet de l’Opéra de Lyon, Katerine…).

En septembre 2007, il est nommé par Jean Jacques Aillagon, nouveau Président du Château de Versailles, à la direction de sa filiale privée : Château de Versailles Spectacles. Il l’a développée fortement durant les 4 dernières années, augmentant de plus de 100% la fréquentation payante qui s’établit à 1.230.000 billets en 2010, mais réouvrant également l’Opéra Royal qui décline depuis 2009 une saison d’environ 60 représentations, et réalisant la production des grandes expositions d’art contemporain de Versailles : Koons en 2008, Veilhan en 2009, Murakami en 2010, Venet en 2011.

Sous l’impulsion de Jean Jacques Aillagon et la direction générale et artistique de Laurent Brunner, Château de Versailles Spectacles a ouvert largement sa programmation, tant au lyrique/baroque (Alagna, Gardiner, Minkowski) qu’à la chanson d’aujourd’hui (Camille, Vanessa Paradis, M) avec la même recherche d’excellence. En cet été 2011, se développe un nouveau projet, le festival Venise Vivaldi Versailles, qui réunit « Les Fêtes Venitiennes », spectacle pyrotechnique et nautique de plein air du Groupe F dans les jardins pour un vaste public (4 représentations de 9.000 places), et concerts ou opéras des stars du classique (Cecilia Bartoli, Philippe Jaroussky, Jordi Savall, William Christie) dans les lieux de prestige du château : Opéra Royal, Chapelle et Galerie des Glaces.

Château de Versailles Spectacles est aujourd’hui une Sasu d’un budget annuel d’environ 13 millions d’euros, et ne reçoit aucune subvention. Elle emploie 25 salariés permanents et jusqu’à 400 vacataires et intermittents pour ses grands projets de la saison estivale.

Versailles Festival revient en 2013 pour une troisième édition dans le plus fascinant Palais au monde :

  • les Grandes Eaux Musicales rehaussées par les 13 représentations des Grandes Eaux Nocturnes,
  • un spectacle de très grand format en plein air dans le Parc du Château : en 2013, le Grand Carrousel Royal de Versailles,
  • un bal masqué géant dans l'Orangerie, conçu cette année par Kamel Ouali (c’était le 14 juin dernier),
  • une exposition d'art contemporain confiée cette année à Giuseppe Penone,
  • et enfin un cycle de concerts prestigieux dans les plus belles salles du Château.

A ECOUTER : Les voix royales : jusqu’au 07 juillet 2013

A la Chapelle Royale :

Jeudi 27 juin à 20h30
Jean-Sébastien Bach
ORATORIOS DE PÂQUES ET DE L’ASCENSION
The Monteverdi Choir
The English Baroque Soloists
Sir John Eliot Gardiner, direction

Vendredi 28 juin à 19h30 et samedi 29 juin à 19h
Jordi Saval
MAGNIFICAT JUBILATE
La Capella Reial de Catalunya
Le Concert des Nations
Jordi Savall, direction

Samedi 06 juillet à 19h
Wolfgang Amadeus Mozart
REQUIEM EN UT MINEUR
Chœur Accentus
Insula Orchestra
Laurence Equilbey, direction

Dimanche 07 juillet à 19h
VIA CRUCIS
L’Arpeggiata
Barbara Furtuna, ensemble vocal
Christina Pluhar, direction

A l'Opéra Royal

Vendredi 28/06 à 21h
George Frederic Haendel
ACIS AND GALATEA
The King’s Consort
Robert King, direction

Vendredi 05/07 à 19h30
Jean-Baptiste Lully
AMADIS
Chœur de Chambre de Namur
Thibaut Lenaerts, chef de chœur
Les Talens Lyriques
Christophe Rousset, direction

Ailleurs sur le web

L'équipe de l'émission :