Mardi 16 août 2016
5 min

« La Valse à tout le monde », Fréhel

En 1936, le Front Populaire donne une véritable bouffée d’air. Le peuple chante… dans les cafés, dans les guinguettes ou dans la rue. Il chante, par exemple, les chansons d’une certaine Fréhel, de son vrai nom Marguerite Boulc’h.

Fréhel, c’est une beauté et une voix, un jeu naturel et mesuré, et surtout un franc-parler. Fréhel c’est la femme capable de dire à son public : “Fermez vos gueules! J’ouvre la mienne!”...

A cette époque, le Front Populaire influence beaucoup son répertoire. Elle travaille davantage ses arrangements, joue avec un orchestre qui swingue pour rendre le tout léger et entraînant. Et c’est cette année-là que Charles Trénet lui écrit ce morceau :

Adulée par toute une génération, Fréhel se démarque du reste des chanteuses réalistes de la Belle époque par son jeu simple et sans fioritures. Fréhel se produit régulièrement dans les salles de concerts prestigieuses de l’époque jusqu’à la fin des années 30 : à l’Olympia, l’européen, la scala, ou au Trianon.

Parallèlement, elle entreprend une carrière au cinéma, où elle est généralement présente pour y chanter une chanson… Ainsi, le réalisateur Julien Duvivier cette année-là lui offre le rôle d’une chanteuse oubliée dans son film : Pépé le moko ….

Le destin de Fréhel est par la suite tragique, elle ne se remet pas de ses échecs sentimentaux, sombre dans l’alcool et la drogue et décède à l’âge de 59 ans dans une grande misère. Mais son talent la hisse aux côtés des plus grands de la chanson réaliste, et c’est ainsi que de nombreux artistes se réclameront de son influence.

Programmation musicale

Gus Viseur - Swing Valse
Charles Trénet - La Valse à tout le monde
Fréhel - La Valse à tout le monde
Fréhel - Où est-il donc ?

L'équipe de l'émission :