Mercredi 24 août 2016
5 min

« L’hôtel du clair de lune », Lucienne Boyer

Moins tragique que Damia, mais aussi intense avec son timbre doucement voilé et sensuel, Lucienne Boyer est une des artistes qui a connu le plus de succès à cette époque et dont on continue de fredonner quelques titres.

Son morceau "Parlez moi d’amour" sorti en 1930 résonne encore, sera traduit en 37 langues et repris, depuis, par un nombre considérable d'artistes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

D’abord modiste, puis modèle, Lucienne Boyer est doublure au music-hall avant de gagner la scène. Elle est surnommée la “Dame en bleu”, et possède un répertoire varié, passant de la fantaisie au réalisme.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

A cette époque, la concurrence est rude entre les chanteuses, il est parfois difficile de se forger un style propre. Lucienne Boyer s’envole donc pour les Etats-Unis, où elle deviendra une grande vedette : à Broadway et Hollywood, tous se l’arrachent.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Elle chante l’amour, avec mélancolie et délice, et influencera des chanteuses comme Juliette Gréco ou Barbara. "Parlez-moi d’amour" connaît un tel succès qu’elle finira par dire "Parlez-moi d’autre chose" à ceux qui ignorent le reste de son répertoire… car en effet il ne se limite pas qu’à ce titre. Et parmi ses nombreux morceaux, elle chante en 1936 : “L’hôtel du clair de lune”

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Boris Vian voit en Lucienne Boyer une Eve : “une dame toujours belle, toujours tentante. Il dit avec malice “Bouche tes oreilles, Adam, sinon ça va recommencer. Mais c’est si agréable, au fond. Allez, écoute-là...”

L'équipe de l'émission :