Mercredi 3 août 2016
3 min

« J’ai ta main », Charles Trénet

Difficile de parler des congés payés sans évoquer un des artistes les plus emblématiques de cette période : Charles Trénet.

On retient bien sûr de lui sa chanson « Y a d'la joie », qui date de 1936 : il écrit ce morceau lorsqu'il s'ennuie à la caserne d'Istres loin de Paris. Tenu à l'écart de toute l'agitation sociale de l'époque, il ressent tout de même cette atmosphère inédite de liberté qui fourmille dans l'ensemble du pays.

Le "Fou chantant" a une vingtaine d'années et s'empare de cette ambiance heureuse. Il écrit sur l'amour, la jeunesse, le quotidien, les loisirs...
Et sur les vacances aussi :

Si sa musique est teintée de jazz, c'est parce que Charles Trénet s'en nourrit très tôt. Il en écoute au gramophone dans sa chambre, puis fait plus tard des rencontres avec des musiciens qui l'ont beaucoup influencé... Le pianiste Johnny Hess par exemple, avec qui il crée un duo, le violoniste Stéphane Grappelli, ou encore le guitariste Django Reinhardt, tout simplement.

C'est donc une pulsation nouvelle qui résonne dans nos oreilles, un sens des mots, du rythme et une vitalité qui séduit immédiatement aussi bien les jeunes que les moins jeunes.

Aucun doute : Y'a d'la joie dans les guinguettes et les bals populaires, on swingue et on a bien raison !

Parce qu'en plus de rêver de lendemains qui chantent... pourquoi ne pas non plus rêver de lendemains qui dansent ?

Programmation musicale

Charles Trenet - Y a d'la joie
Charles Trenet - J'ai ta main

L'équipe de l'émission :
Mots clés :