Lundi 22 août 2016
4 min

« Hawaï nous appelle », Suzy Solidor

Figure incontournable des années 30, elle incarne plus que quiconque la garçonne pendant les “Années folles”.

Il s s’agit de Suzy Solidor qui, à partir de 1929, se consacre à la chanson. D’abord icône dans le répertoire maritime, elle se fait progressivement remarquer en provoquant un certain nombre de scandales avec ses chansons subversives célébrant des amours homosexuelles...

Suzy Solidor est grande et blonde, elle est surnommée “la fille aux cheveux de lin”. Elle marque les esprits par sa silhouette sculpturale et androgyne, mais aussi par sa voix : elle est grave, envoûtante, et sensuelle, ce qui la hisse en haut du succès dès 1933 où elle ouvre cette année-là son premier cabaret “La Vie parisienne”.

Sa réputation de femme libérée et avant-gardiste la fait jouer dans le film adapté du roman de Victor Margueritte, La Garçonne, aux côtés d’Arletty et de Marie Bell. La chanson que chante Edith Piaf pour séduire le personnage de Marie Bell donne une idée de l’atmosphère sulfureuse du film :

Parallèlement, Suzy Solidor attire de grands photographes et des peintres dont elle devient l’égérie, pas moins de 200 artistes lui feront son portrait… parmi lesquels Raoul Dufy, Man Ray, Francis Bacon ou encore Jean Cocteau.

En 1936, elle compte à son répertoire quelques chansons qui reprennent les thèmes de liberté et d’évasion chers à cette époque, avec des morceaux assez traditionnels comme “La Java au clair de lune" ou un peu plus exotiques :

Jean Cocteau écrivait à propos d’elle : "Lorsque Suzy s'appuie au piano et tire d'elle une voix qui sort des zones les plus intimes de l'être, lorsqu'elle dompte cet élément qui donne le trac comme les vagues donnent le mal de mer, je m'incline..."

L'équipe de l'émission :