Jeudi 18 août 2016
4 min

« C’est un nid charmant », Joséphine Baker

En France, et plus particulièrement à Paris, le jazz et le swing font bon ménage… Influencés par les États-Unis, Les music-halls battent leur plein.

La création du Quintette du Hot Club de France, fondé en 1934, par Django Reinhardt et Stéphane Grappelli, rend le genre encore plus accessible. Le jazz se démocratise et conquiert un très large public. Ce n’est donc pas un hasard, si de nombreux artistes en France créent ou reprennent des standards venus tout droit d’Amérique…

Cette année-là, Richard Rogers compose “There’s a small hotel”..

Un morceau qui sera repris de l’autre côté de l’Atlantique par une certaine Joséphine Baker … Depuis sa première aux Folies en 1927, Joséphine Baker est une star incontournable. Son morceau “j’ai deux amours” écrit par Vincent Scotto la rend extrêmement populaire

Sur les planches du music-hall, elle chante, danse de façon libérée et suscite tous les fantasmes. En 1936, elle se produit aux Etats-Unis, mais ce n’est pas une réussite : on lui reproche soit de parler parfois en français… soit de parler en anglais avec un accent français... chose que l’on adore en France.

Joséphine Baker est un symbole de fantaisie, d’érotisme, et de modernité à l’heure où chacun rêve d’autre chose.. Elle coïncide parfaitement avec l’insouciance de toute une génération qui découvre d’autres plaisirs, parfois interdits, souvent inconnus jusque-là, et où le jazz se tient en première place.

L'équipe de l'émission :
Mots clés :