En musique, le trombone dans tous ses états

Moins démonstrateur que les instruments virtuoses, le trombone se fait non moins remarqué lorsqu’il fait entendre son grand timbre noble. Voici donc une playlist France Musique pour découvrir cet instrument, véritable chef des instruments à vent « épiques » selon Berlioz, dans tous ses états.

En musique, le trombone dans tous ses états
En musique, le trombone dans tous ses états , © Getty / Amana Images Inc

Wolfgang Amadeus Mozart – Requiem

Ancêtre du trombone, c’est à la sacqueboute que font d’abord appel les compositeurs des XVIe et XVIIe siècles. Par son timbre solennel et révérenciel, l’instrument est principalement utilisé dans la musique d’église. 

Il acquiert progressivement une association à l’au-delà, notamment dans l’Orfeo ed Euridice de Gluck, dans lequel il représente la mort d’Euridice et l’entrée de l’Enfer. Wolfgang Amadeus Mozart fait également appel au trombone dans ses opéras pour sa connotation infernale, comme par exemple lors du dîner de Don Giovanni avec la statue du Commandeur.

Mais le trombone figure également dans les messes et oratorios de Mozart comme doublure des voix de solistes. Il apparait notamment dans le Tuba mirum du célèbre Requiem, représentation symbolique de la trompette annonçant le dernier jugement (à 10.09 minutes dans la vidéo ci-dessous).

Beethoven - Symphonie no.5

Ludwig van Beethoven est considéré comme étant le premier à avoir utilisé un trombone dans la musique symphonique. S’il fut en réalité devancé par les compositeurs Michael Haydn, Joseph Krottendorfer, Franz Ignaz Beck et Joachim Eggert, il est néanmoins le premier à avoir pleinement exploité les qualités musicales et symphoniques du trombone.

En 1808, Beethoven compose la célèbre Symphonie no.5. Libéré de ses connotations religieuses et spirituelles, le trombone devient une section orchestrale à elle seule, certes membre des cuivres mais non plus confinée comme les cors et les trompettes à la tonique ou à la dominante.

Composée quasi-simultanément à la cinquième, la Symphonie no.6 fait également appel au trombone, figurant maintenant dans les deux derniers mouvements de la symphonie en cinq mouvements. Par ses œuvres pour orchestre, Beethoven annonce l’avenir de la symphonie, dont l’inclusion du trombone comme élément incontournable du timbre orchestrale. Ses successeurs, Brahms, Schumann, Bruckner, Mahler et Strauss œuvreront tous sur les fondations posées par Ludwig van Beethoven.

Richard Wagner – Tannhäuser (ouverture)

N’oublions pas Richard Wagner dans la liste des compositeurs influencés par Beethoven et ses innovations musicales et la puissance dramatique de ses œuvres. Wagner porte l’ensemble symphonique vers de nouveaux horizons d’une richesse et puissance sonore jusqu’alors inégalée. 

Et le trombone dans tout cela ? Le compositeur de Dresde aurait un jour déclaré : « Ne regardez jamais les trombones, cela les encourage ». Il accorde néanmoins à l’instrument dans presque chacune de ses œuvres un rôle essentiel en y faisant appel pour créer de puissants contrastes de timbre et de couleur.

Jean Sibelius - Symphonie no.7

Septième et dernière des célèbres symphonies de Jean Sibelius, c'est une œuvre complexe en un seul mouvement. Influencé tout au long de sa vie par les œuvres de Wagner et notamment de Bruckner, Sibelius hérite de ces derniers entre autres un style de composition pour les cuivres qui se distingue par sa puissance et son élan mesuré.

Il accorde aux trois trombones un rôle important, d’annoncer majestueusement le seul thème à trois reprises au cours de la symphonie, piliers puissants qui soutiennent et façonnent la structure de l’œuvre (à 6.20 minutes dans la vidéo ci-dessous).

Maurice Ravel - Boléro

Œuvre « simple » selon son compositeur, le Bolero de Maurice Ravel composé en 1928 présente néanmoins un mélange complexe de timbres et de couleurs savamment dosés.

Le premier ostinato rythmique ouvre le bal, avant l’arrivée du célèbre thème, passé d’un instrument à l’autre. Puis est annoncé un deuxième thème, en réponse au premier. Certes, tous les instruments se prêtent au jeu de question-réponse, mais la réponse du trombone et ses glissandi apportent un certain déhanché particulier et inimitable qui reste dans notre mémoire bien après que l’œuvre soit terminée (à 8.29 minutes dans la vidéo ci-dessous).

Bonus - André Lafosse : Suite impromptue

Le trombone est aujourd’hui un membre essentiel de l’orchestre symphonique, au même rang que ses confrères. Mais il existe un autre ensemble dans lequel il excelle : le Brass Band !

Que ce soit du côté du jazz ou de la musique traditionnelle et régionale, le brass band crée une conversation cuivrée riche et pleine de chaleur.