En musique, la trompette dans tous ses états

La majesté, la royauté, la force, la virilité... le son de la trompette est souvent associé aux éléments les plus puissants et impressionnants, sans oublier la représentation de la voix de Dieu elle-même ! Une playlist France Musique pour découvrir cet instrument grandiose dans tous ses états.

En musique, la trompette dans tous ses états
En musique, la trompette dans tous ses états, © Getty / Junior Gonzalez

Anonyme Allemagne du Nord : Suite avec trompette en mi bémol Majeur 

La trompette dans ses premières formes remonte à plusieurs milliers d’années, environ 1500 ans avant notre ère. Souvent taillées à partir de cornes d’animaux, le son des premières trompettes porte sur de longues distances, et sera rapidement utilisé à des fins militaires, pour communiquer sur des champs de bataille et transmettre des ordres : ainsi les joueurs de trompette, et de ses cousins lointains tels le clairon, sont précieusement protégés lors des batailles, cruciaux dans la transmission d’ordres aux soldats éloignés.

Ce n’est qu’à la fin du XIVe et au début du XVe siècles que la trompette rejoint les ensembles musicaux de la renaissance et du baroque. Aux XVIIe et XVIIIe siècles en Allemagne, nombreux et doués sont les fabricants et interprètes de la trompette naturelle, et les compositeurs du pays exploitent les possibilités sonores de l’instrument dans leur musique.

Mahler – Symphonie no.5

Alors que la trompette est savamment utilisée aux XVIIIe et XIXe siècles par les maitres de l’orchestre tels que Haydn, Mozart, Beethoven, Bruckner, Brahms et Wagner, c’est Gustav Mahler qui offre à la trompette son moment le plus marquant dans l’histoire de la symphonie : un solo en guise d’introduction de sa Symphonie no.5

L’ouverture glaçante en forme de marche funèbre, « Trauermarsch », sonne telle une fanfare mélancolique, presque résignée, aux influences militaires (peu surprenant étant donné que Mahler côtoie souvent des orchestres militaires durant sa jeunesse). Malgré la simplicité au premier regard du motif, qui fait référence au motif de la trompette à la fin de l’Allegretto de la Symphonie no.100 de Haydn, le solo de Mahler est particulièrement exigeant, en termes du son, du rythme et de la puissance émotionnelle.

Copland – Quiet City

Autre que les connotations royales et militaires de la trompette, l’instrument incarne progressivement au XXe siècle la voix musicale et l’esprit de l’Amérique, idéalisées et exprimées à travers les œuvres de compositeurs tels que Gershwin, Copland et Bernstein. Afin de se démarquer et de créer une musique réellement « américaine », les compositeurs américains se tournent vers les instruments et les styles uniques de leur pays, dont la trompette et le jazz.

Composé en 1939, Quiet City d’Aaron Copland est initialement conçu pour une pièce de théâtre éponyme d’Irwin Shaw, qui raconte l’histoire d’un jeune trompettiste. Si la pièce est abandonnée après seulement deux représentations, Copland transforme la musique en suite pour orchestre, dans laquelle la trompette retient le rôle principal afin d’exprimer les émotions de l’histoire.

The Amazing Keystone Big Band : Fossiles, extrait du Carnaval Jazz des Animaux

A l'origine un instrument des champs de bataille et de la chasse , la trompette devient au XXe siècle l’un des instruments de prédilection des musiciens de jazz, et notamment dans les « big bands ». Présent dès les premières formations de ce genre, la trompette est aujourd’hui indissociable du jazz, et figure aux côtés du saxophone et du piano comme l’un des instruments clés de ce genre.  

Initialement composée en 1886, la suite orchestrale Le Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saëns a été ici retravaillée et réorchestrée sur mesure pour la formation moderne du big band, afin de découvrir le jazz dans toutes ses expression. Tout comme l’œuvre de Saint-Saëns, chaque instrument est associé à un animal précis, mais aussi à un genre de jazz particulier, tel le swing, le hard bop, le stride et le New Orléans comme on peut l’entendre dans Fossiles :

Improvisation sur la Sonate en Si mineur K. 87 de Scarlatti

En rejoignant les rangs des voix principales du jazz, la trompette devient l’un des instruments emblématiques de l’improvisation. Principe essentiel de ce genre, l’improvisation fait également partie de la musique classique, surtout à l’époque de la musique baroque.   

Célèbre et talentueux improvisateur au clavecin, rendons hommage à Domenico Scarlatti avec une interprétation de sa Sonate K.87, dotée d’une intensité expressive particulièrement prononcée, ici libérée de sa partition à travers une improvisation intime à la trompette et au piano.
 

Bonus – Georges Enescu – Légende

La trompette doit beaucoup aux compositeurs symphoniques pour son rôle devenu essentiel dans la musique orchestrale, mais n’oublions pas la musique de chambre pour trompette ! Certes rares, les œuvres de ce genre telle « Légende » de Georges Enesco mettent pleinement en valeur la polyvalence de la trompette, instrument à la fois puissant et chaleureux, capable des plus sincères des expressions émotionnelles.