En musique : la guitare dans tous ses états

Instrument aux multiples personnalités, la guitare est présente dans d’innombrables genres musicaux différents, du baroque à la musique contemporaine, en passant par le folklore musical latin et la musique du monde. Une playlist France Musique pour découvrir cet instrument sous toutes ses formes.

En musique : la guitare dans tous ses états
En musique : la guitare dans tous ses états, © Getty / FierceAbin

John Dowland - Come Heavy Sleep

Si la musique de John Dowland semble avoir été imaginée et conçue pour la guitare, tellement l’instrument est capable de faire sonner à merveille cette musique, n’oublions pas que Dowland composa non pour la guitare mais pour le lute, cousin ancien de la guitare. 

Cependant, un lien spirituel et esthétique existe bel et bien entre ces deux instruments, renforcé au début du XXe siècle par la renaissance de la musique ancienne. Par ce renouvellement d’intérêt pour ce genre, le répertoire pour la guitare a également été augmenté à son tour : l’œuvre musicale pour lute du compositeur anglais est aujourd’hui l’une des plus retranscrites pour la guitare, parfaitement adaptée aux œuvres de Dowland, telles les connotations oniriques de l’air Come Heavy Sleep.

Domenico Scarlatti : Sonate K.53

Dans la famille des cordes pincées, il y a bien évidemment la guitare mais on y trouve également le clavecin. C’est pour cet instrument que Domenico Scarlatti composa ses célèbres 555 sonates. Si le compositeur italien ne se tourna jamais vers la guitare pour ses sonates, le timbre de l’instrument se fait incontestablement entendre à travers plusieurs sonates pour clavecin. 

En effet, il est fort probable que Scarlatti ait croisé l’instrument lors de ses voyages en Italie et surtout en Espagne où il s’installe définitivement en 1733 au service de la Princesse Maria Barbara, future reine d’Espagne. La transcription de ces sonates pour guitare semble donc tout à fait naturelle.

Andres Segovia, l’un des premiers à transcrire l’œuvre de Scarlatti pour guitare, ne souhaitait pas simplement imiter le clavecin, une « guitare enrhumée » disait-il à son amie Wanda Landowska, mais plutôt d’explorer le répertoire particulier de Scarlatti sous un autre angle, celui de la guitare, afin de faire ressortir de nouvelles textures et couleurs. 

Francisco Tárrega : Gran Jota Aragonesa

L’Espagne : pays indissociable de la guitare et de son patrimoine musicale. S’il y a un nom incontournable dans l’histoire de la guitare, c’est celui de Francisco Tárrega (1852-1909). Le compositeur et guitariste espagnol fut l’un des premiers à élever la guitare au niveau d’instrument soliste à une époque où l’instrument était surtout considéré comme un instrument d'accompagnement pour les chanteurs, offrant ainsi à la guitare un répertoire de ce nom capable de révéler les capacités musicales et techniques de cet instrument singulier.

Par ses nombreuses compositions et transcriptions qui puisent dans le patrimoine mauresque de l’Espagne, telle que la danse Gran Jota Aragonesa, ainsi que son développement d’une technique de jeu moderne, Tárregaest incontestablement le père de la guitare moderne.

Ballake Sissoko : Badjurou

Ce n’est pas qu’en Espagne et en Amérique Latine que la guitare est devenue un élément incontournable de la culture musicale. Depuis le début du XXe siècle et surtout après la Seconde Guerre Mondiale, alors qu’une ferveur patriotique et nationaliste envahit le continent, la guitare s’est installée en Afrique comme l’un des instruments de prédilection pour exprimer et accompagner les nombreux genres traditionnels des différents pays africains.

Les musiciens africains ont élargi le potentiel technique et expressif de la guitare, ainsi pleinement capable d’interagir dans un style musical typiquement africain. Partenaire idéal pour la kora, instrument à cordes originaire du Mali, la guitare s’adapte parfaitement aux sonorités et aux timbres de la musique traditionnelle malienne. 

Marc Ducret - A l’improviste

Les évolutions technologiques et de style du XXe siècle n’ont pas oublié la guitare, bien au contraire ! Plus qu’aucun autre instrument, la guitare franchit un changement non des moindres lorsqu’elle est électrifiée dans les années 1930. Cette évolution ouvre aux compositeurs un nouveau monde de sonorités, de textures et de timbres, permettant à la guitare électrique de devenir un instrument unique à part entière.

Cette nouvelle guitare a bien évidemment dominé les musiques populaires du XXe siècle, mais elle a également trouvé sa place dans les œuvres de compositeurs et d’interprètes de musique contemporaine. Les nombreuses possibilités musicales et techniques de l’instrument deviennent également une véritable cour de récréation pour l’improvisation contemporaine.

Bonus 1 - Saint-Saëns : "Danse Macabre"

Si le poème symphonique _Danse Macabre_est initialement composé pour orchestre symphonique avec violon obbligato, la guitare se prête parfaitement à la musique diaboliquement enjouée de Camille Saint-Saëns, capable même de retranscrire le cliquetis des os initialement réservé au xylophone :

Bonus 2 - Claudio Monteverdi : "La lettera amorosa"

Monteverdi et guitare électrique : une combinaison pour le moins surprenante ! La légèreté du timbre aérien et la pureté du son de la guitare électrique évoquent ceux de l’archiluth, instrument auquel Monteverdi faisait souvent appel pour accompagner ses airs novateurs a voce sola...