Disney et la musique classique : les Silly Symphonies

Lorsque l’on pense à Disney et la musique classique, seul le nom de Fantasia vient à l’esprit. Mais bien avant la sortie de ce film, la société aux grandes oreilles avait fait ses armes sur des dizaines de courts-métrages.

Disney et la musique classique : les Silly Symphonies
Logo Disney, © Getty

Sans les silly symphonies, il n'y aurait peut-être pas eu Fantasia. Produites entre 1929 et 1939 par Walt Disney, ces courts métrages d'animations remportèrent huit Oscar consécutif de 1932 jusqu'à la fin de la production.

Carl. W. Stalling, compositeur, travail pour la firme depuis le début des années 1920. Il a tout d’abord l’idée de créer des « nouvelles musicales », dont la première met en scène des squelettes qui dansent ce qui donnera le premier court-métrage : The Skeleton Dance (La Danse macabre). Contrairement à ce que suggère le titre, ce sera la musique d'Edvard Griegavec des extraits de « La marche des trolls », et de la « Suite lyrique », issues de Peer Gynt.

Bien qu’officiellement achevée en 1939, Disney déclina ce genre en réunissant des ensembles de courts métrages dans sous le nom de La Boîte à musique en 1946 et Mélodie cocktail en 1948. Dès 1938, la firme produit aussi des courts-métrages d’animation sans les lier aux silly symphonies, mais sont considérés comme leurs successeurs ou des silly symphonies « non officielles », dont fait partie le célèbre Pierre et le Loup

La plupart des films courts sont muets, et utilisent des musiques pré existantes : des classiques de la musique populaire américaine, mais aussi des compositions de compositeurs tels que Grieg, Beethoven, Chopin, Verdi, Rossini... Disponibles en ligne, voici une petite sélection d'introduction à cette série méconnue.

1. La Danse Macabre, 1929

2. Les cloches de l'enfer (1929)

3. Les arbres et les fleurs (1932)

4. Jazz Band contre Symphony Land

5. Symphonie d’une cour de ferme (1937)