Concerts
Concert
Jeudi 24 avril 2014

L'Orchestre national de France joue Stravinsky, Dutilleux et Beethoven

Daniele Gatti dirige l'Orchestre national de France dans l'"Oedipus Rex" de Stravinsky, les "Métaboles" de Dutilleux et l'ouverture des "Créatures de Prométhée" de Beethoven. Concert enregistré le 24 avril 2014 au Théâtre des Champs-Elysées (Paris).

Théâtre des Champs-Elysées, Paris

Pour fêter les 80 ans de l’Orchestre National de France, Daniele Gatti dirige l’ouverture des Créatures de Prométhée de Beethoven. En 1800, le chorégraphe Salvatore Vigano commande au compositeur une musique de ballet. A l’époque, la Révolution met sur le devant de la scène le mythe de Prométhée. Le héros antique est celui qui apporte le savoir, et donc la liberté. Partageant les mêmes idéaux révolutionnaires, Beethoven et Vigano se mettent d’accord. Un peu plus tard, le ballet est créé au Théâtre impérial de Vienne.

Autre œuvre à puiser dans la mythologie grecque, l’Oedipus Rex s’attaque à la figure d’Œdipe, héros des pièces de Sophocle et plus récemment de Cocteau. Stravinsky « veut sa partition d’une plastique monumentale, en accord avec la forme archaïque du mythe ». Il exige que « les parties chantées soient traduites en latin d’église, un latin pétrifié, hiératique donc, comme la tragédie », souligne Laeticia Le Guay.

Les Métaboles de Dutilleux (1965) sont traversées par l’idée du temps qui passe et qui transforme un individu en un autre. Constituée de cinq parties, l’œuvre « obéit aux lois organiques du métabolisme » (François-René Tranchefort). « Il y a métabole », métamorphose, transformation, « à l’intérieur de chacune de ces pièces, mais le même phénomène s’applique à l’ensemble de l’ouvrage ».