Concerts
Concert
Dimanche 15 janvier 2017

Liszt, Scriabine, Ravel, Messiaen... par Bertrand Chamayou

Le pianiste Bertrand Chamayou interprète Liszt, Scriabine, Ravel, Messiaen, Harvey et Neuburger. Enregistré le 15 janvier 2017 au Théâtre des Champs-Elysées (Paris).

Théâtre des Champs-Elysées, Paris

Toutes les oeuvres

Concert Liszt, Scriabine, Ravel, Messiaen... par Bertrand Chamayou – Écouter en replay
Maurice Ravel au clavier dans son appartement de l'avenue Carnot à Paris , © Getty / DEA / G. DAGLI ORTI / Coll. De Agostini
  • 8mn 45s
    Liszt : Les Jeux d’eau de la Villa d’Este en fa dièse majeur, par Bertrand Chamayou
  • 7 min
    Liszt : Parsifal. Marche solennelle du Saint Graal pour piano, par Bertrand Chamayou
  • 1h 13mn
    Scriabine : Poème-nocturne pour piano opus 61, par Bertrand Chamayou
  • 23mn 03s
    Maurice Ravel : Gaspard de la nuit pour piano, par Bertrand Chamayou
  • 15mn 07s
    Messiaen : Vingt regards sur l’Enfant Jésus pour piano - Première Communion de la Vierge, par Bertrand Chamayou
  • 9mn 14s
    Harvey : Tombeau de Messiaen pour piano, par Bertrand Chamayou
  • 19mn 12s
    Jean-Frédéric Neuburger : Vitrail à l’Homme sans yeux pour piano, par Bertrand Chamayou
  • 1h 25mn
    Debussy : Pour l'Egyptienne L 131 n°5, par Bertrand Chamayou et Jean-Frédéric Neuburger

Pour ce second concert de « Morceaux choisis », le pianiste français Bertrand Chamayou propose un vaste éventail de pièces solistes.

L'élégiaque Les Jeux d’eau à la Villa d’Este. S. 163 n°4 de Franz Lizst ouvre la danse. Chamayou interprète ensuite la Marche solennelle du Saint Graal, un fragment de l’opéra Parsifal de Richard Wagner transcrit par Liszt. 

Suivent le Poème-nocturnepour piano opus 61 d’Alexandre Scriabine et la mise en musique de la prose d’Aloysius Bertrand dans Gaspard de la nuit par Maurice Ravel. Le programme se poursuit avec la Première Communion de la Vierge extrait des Vingt Regards sur l’EnfantJésus d’Olivier Messiaenet l’œuvre hommage de Jonathan Harvey intitulée Tombeau de Messiaen.

Pour clore ce concert, Jean-Frédéric Neuburger se joint au pianiste pour interpréter sa propre composition, Vitrail à l’Homme sans yeux.