Concerts
Concert
Samedi 15 avril 2017

Telemann : Brockes-Passion, par l'Ensemble Pygmalion dirigé par Raphaël Pichon

Raphaël Pichon dirige l’Ensemble Pygmalion dans La Passion selon Brockes de Telemann, plus communément appelée Brockes-Passion. Concert enregistré le 15 avril 2017 à la Philharmonie de Paris.

Grande Salle Pierre Boulez, Philharmonie 1, Paris

Toutes les oeuvres

Concert Telemann : Brockes-Passion, par l'Ensemble Pygmalion dirigé par Raphaël Pichon – Écouter en replay
Portrait du compositeur Georg Philipp Telemann, © Getty / ullstein bild Dtl.
  • 14mn 38s
    Georg Philipp Telemann : Brockes-PassionTWV 5 : 1 : I. Abendmahl sous la direction de Raphaël Pichon
  • 25mn 35s
    Georg P. Telemann : Brockes-Passion TWV 5 : 1 : II. Wechselrede Jesus / Jünger, sous la direction de Raphaël Pichon.
  • 13mn 19s
    Georg P. Telemann : Brockes-Passion TWV 5 : 1 : III. Verleugnung und Reue des Petrus sous la direction de Raphaël Pichon
  • 23mn 02s
    Georg Philipp Telemann : Brockes-Passion TWV 5:1:IV. Jesu Verhör vor dem hohen Rat, sous la direction de Raphaël Pichon
  • 18mn 13s
    Georg Philipp Telemann : Brockes-Passion TWV 5 : 1 : V. Verurteilung Jesu sous la direction de Raphaël Pichon
  • 11mn 03s
    Georg Philipp Telemann : Brockes-Passion TWV 5 : 1 : VI. Kreuzigungsszene sous la direction de Raphaël Pichon
  • 17mn 24s
    Georg Philipp Telemann : Brockes-Passion TWV 5 : 1 : VII. Jesu Tod sous la direction de Raphaël Pichon.
  • 22mn 13s
    Georg Philipp Telemann : Brockes-Passion TWV 5 : 1 : VIII. Nach Jesu Tod sous la direction de Raphaël Pichon

L’Ensemble Pygmalion reprend ici la version Oratorio de la Brockes-Passion de Georg Philipp Telemann, emmené par son fondateur et chef d’orchestre Raphaël Pichon. Cette grande cantate religieuse ne contient aucun décors, ni costumes.

Le texte est signé de la main du poète allemand Barthold Heinrich Brockes, également conseiller municipal de la ville de Hambourg au XVIIIème siècle. Parmi les nombreuses interprétations musicales du poème (notamment celles de Haendel en 1716 et de Johann Mattheson en 1723), Raphaël Pichon a donc choisi celle de Telemann, datée de 1716. Inspiré d’un sujet religieux, cet « opéra sacré » a pour thème les derniers jours du Christ. Il commence par la Cène et s’achève après la mort de Jésus. Sur l’estrade de la Philharmonie, la théâtralité de l’œuvre est fidèlement restituée.