Concerts
Concert

Berio, The Beach Boys, The Beatles... par Le collectif Stargaze et Nora Fischer

Dirigé par André de Ridder, le collectif berlinois Stargaze aborde l’univers pop des Beatles et ses sources d’inspirations. Enregistré le 22 octobre 2017 à la Salles des Concerts de la Cité de la Musique (Paris).

Salle des Concerts, Philharmonie, Paris
Concert Berio, The Beach Boys, The Beatles... par Le collectif Stargaze et Nora Fischer – Écouter en replay
Les Beatles sur scène en 1964, © Getty / Daily Mirror - Library/Mirrorpix/Mirrorpix

Toutes les oeuvres

Class of ‘67 renvoie à l’album Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles qui a révolutionné la culture populaire de son époque à ses inspirations majeures, notamment la musique expérimentale et les Beach Boys

Relevé par le collectif Stargaze et la soliste soprano Nora Fischer, le pari consiste à mêler différents univers musicaux et proposer ainsi un projet à rebours d’un concert classique. Le chef d’orchestre, André de Ridder, explique même : « Plutôt que de jouer les morceaux séparément, dans un esprit puriste, nous allons tâcher de faire de ce concert une sorte de collage, susceptible de refléter les diverses musiques et influences – et peut-être aussi le chaos qui régnait dans la tête de ces musiciens en 1967 ».

Au programme : la première partie des variations réalisées sur Smile le disque des Beach Boys ouvre la danse, avec Our Prayer (1987) d’Aart Strootman ; suivent les quatre premiers Folk Songs (1964) de Luciano Berio, entrecoupé par la performance de Nora Fischer sur la pièce O King (1967) du même compositeur italien, avant que le collectif Stargaze ne reprenne cinq autres Folk Songs de Luciano Berio. 

Invité à figurer sur la pochette du disque « Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band », Karlheinz Stockhausen influence les Beatles ; André de Ridder propose d’interpréter son oeuvre Stop and Start. Parmi les rencontres décisives, Luciano Berio fait la connaissance de Paul McCartney en 1966 et décide de reprendre son titre Michelle II (1967). 

Pour conclure ce concert, le collectif Stargaze joue la dernière partie des variations réalisées sur Smile, le légendaire album inachevé des Beach Boys, avec Cloud Shapes et Rail Spikes (1987) de Morris Kliphuis.