Concerts
Concert

Dalbavie, Boulez, Xenakis... par l'Ensemble intercontemporain dirigé par Matthias Pintscher

Matthias Pintscher dirige l'Ensemble intercontemporain dans Dalbavie, Boulez, Xenakis... Concert anniversaire enregistré le 17 mars 2017 à la Philharmonie de Paris.

Salle des Concerts, Philharmonie, Paris

Toutes les oeuvres

Matthias Pintscher, directeur musical de l’Ensemble intercontemporain depuis 2013, a baptisé ce concert « A livres ouverts ». Un choix qu’il explique dans une interview donnée à François-Gildas Tual : « un livre pour chacune des quatre décennies de notre aventure. Nous y présenterons des pièces de compositeurs qui ont marqué l’histoire de l’Ensemble ».

Fondé en 1976 par Pierre Boulez, l’Ensemble intercontemporain se réapproprie ici les œuvres des compositeurs des débuts, comme Luciano Berio, qui décrit sa pièce Call comme une « brève cérémonie musicale, un appel au public, une invitation à écouter ». François-Gildas Tual définit Rebonds de Iannis Xenakis comme du « rythme à l’état pur », une « musique primitive réinventée par le compositeur d’aujourd’hui ».

Vous entendrez également Jelek, játékok és üzenetek (Signes, jeux et messages) de György Kurtág, ici interprété par l’altiste Odile Auboin, et des œuvres inscrites dans la lignée du sérialisme, Tema de Franco Donatoni et Mémoriale (…explosante-fixe… Originel) de Boulez. Cette première partie se clôt par les Modulations de Gérard Grisey, une musique « spectrale » créée à Paris en 1978, où « le matériau n’existe plus en soi, il est sublimé en un pur devenir sonore sans cesse en mutation » (Grisey).

Le deuxième livre s’ouvre avec StanzeII de Pascal Dusapin, une œuvre composée en 1991 et dédiée à Alice et Théo, ses enfants jumeaux. Les Five Distances de Harrison Birtwistle, Tactus de Marc-André Dalbavie, Gra d’Elliott Carter et Gejegte Form de Wolfgang Rihmsont également des œuvres emblématiques de la musique des années 1990.

La troisième décennie est ici représentée par l’Etude pour piano n°1 d’Unsuk Chin, compositrice sud-coréenne à laquelle les musiciens de l’Ensemble consacrent un disque en 2005. Parmi les autres œuvres emblématiques de la période, le Tombeau – In memoriam Gérard Grisey de Philippe Hurel est créé en 1999. A l’époque, l’Ensemble intercontemporain s’intéresse aussi aux œuvres de Yan Maresz et de Philippe Manoury.

Avec Bruno Mantovani, l’un des compositeurs les plus marquants de la quatrième période est probablement Peter Eötvös, ancien directeur musical de l’Ensemble (1979-1991). Les musiciens interprètent ici un extrait de son Octet pour instruments à vent, composé et créé en 2008.