Concerts
Concert
Jeudi 11 mai 2017

Pergolèse, Hendel, Vivaldi... par l'Entretien des Muses - avec Claire Lefilliâtre

Stéphane Fuget dirige l'ensemble l’Entretien des Muses et la soprano Claire Lefilliâtre dans la musique de Pergolèse, Schmelzer, Haendel, Buxtehude, Corelli et Vivaldi. Enregistré le 11 mai 2017 à l'Oratoire du Louvre (Paris).

Oratoire du Louvre, Paris

Toutes les oeuvres

Concert Pergolèse, Hendel, Vivaldi... par l'Entretien des Muses - avec Claire Lefilliâtre – Écouter en replay
Portrait du compositeur Giovanni Battista Pergolesi, © Getty / DEA / A. DAGLI ORTI / Coll. De Agostini
  • 15mn 17s
    Pergolèse : Salve Regina en ut mineur, par Claire Lefilliâtre, sous la direction de Stéphane Fuget
  • 2mn 50s
    Schmelzer : Pastorale, sous la direction de Stéphane Fuget
  • 11mn 17s
    Haendel : Ah che troppo ineguali HWV 230, par Claire Lefilliâtre, sous la direction de Stéphane Fuget
  • 12mn 17s
    Buxtehude : O dulcis Jesu BuxWV 83, par Claire Lefilliâtre, sous la direction de Stéphane Fuget
  • 12mn 11s
    Corelli : Concerto grosso en sol mineur opus 6 n°8 sous la direction de Stéphane Fuget
  • 13mn 49s
    Vivaldi : Nulla in mundo pax sincera RV 630, par Claire Lefilliâtre, sous la direction de Stéphane Fuget

L'ensemble instrumental l’Entretien des Muses conduit par l’organiste, claveciniste et chef d’orchestre Stéphane Fuget, s'attaque ici au répertoire de musique mariale.

Mère de Jésus, Marie de Nazareth jouit d’une certaine popularité depuis le concile de Trente et pendant toute la Contre-Réforme : figure affective, elle représente la Mater dolorosa qui voit son fils crucifié. 

Pour la célébrer, l'Entretien des Muses débute par l’antienne à la Vierge Salve Regina en ut mineur de Jean-Baptiste Pergolèse. S'en suivent la Pastorale de Johann Heinrich Schmelzer, les cantates Ah! Che troppo ineguali HWV 230 de Georg Friedrich Haendel et O dulcis Jesu BuxWV 83 de Dietrich Buxtehude.

Au programme également, le Concerto grosso en sol mineur opus 6 n°8 d’Arcangello Corelli, puis le motet Nulla in mundo pax sincera RV 630 d’Antonio Vivaldi