Concerts
Concert
Jeudi 16 février 2017

L'Orchestre national de France joue Saariaho, Adámek et Tulve - avec le baryton Davóne Tines

  • 24mn 29s
    Ondrej Adámek : "Polednice" sous la direction d'Olari Elts
  • 30mn 28s
    Kaija Saariaho : "True Fire", interprété par le baryton Davóne Tines
  • 19mn 56s
    Helena Tulve : "Extinction des choses vues" sous la direction d'Olari Elts
  • 27mn 50s
    Kaija Saariaho : "Orion" sous la direction d'Olari Elts

L'Orchestre national de France dirigé par Olari Elts interprète des oeuvres des compositeurs contemporains Saariaho, Adámek et Tulve. Concert enregistré le 16 férvier 2017 à l'Auditorium de la Maison de la Radio, dans le cadre du festival Présences "Kaija Saariaho, un portrait".

Auditorium, Maison de la Radio, Paris

Pour sa 27e édition, le festival Présences, axé sur la création et la musique contemporaine, place la compositrice finlandaise Kaija Saariaho sur le devant de la scène.

Ce concert nous présente deux de ses œuvres.

D’une part True Fire, une pièce pour baryton et orchestre créée le 14 mai 2015 au Walt Disney Concert Hall à Los Angeles. « La musique (…) a émergé avant que je m’intéresse aux paroles. Ce qui a rendu difficile le choix des textes », raconte la compositrice en avril 2015. Pour illustrer les six mouvements qui constituent l’œuvre, elle a finalement opté pour des écrits de Seamus Heaney, Mahmoud Darwish, Ralph Waldo Emerson et des textes amérindiens traditionnels. « C’est seulement maintenant, une fois l’œuvre terminée, que je vois ce qui relie ces textes plein de contrastes : notre être entouré par la Nature, notre perception de celle-ci et la manière dont nous formons une partie de celle-ci ».

Œuvre antérieure à True Fire, Orion (2003) reprend la figure mythologique du chasseur Orion, connu pour sa puissance et sa beauté. Après sa mort, Zeus l’aurait changé en constellation. Stéphane Roth pointe le « contraste fondamental » inhérent à l’œuvre. Dynamisme et immobilité sonores se présentent comme une métaphore du chasseur Orion, successivement « être actif » et « constellation fixe ».

Vous entendrez par ailleurs Polednice (2013) d’Ondřej Adámek, une pièce inspirée du poème de l’écrivain tchèque Karel Jaromír Erben, où la réalité côtoie le surnaturel. Egalement au programme, Extinction des choses vues d’Helena Tulve, composé en 2007.

Ondrej Adámek : "Polednice" sous la direction d'Olari Elts
Kaija Saariaho : "True Fire", interprété par le baryton Davóne Tines
Helena Tulve : "Extinction des choses vues" sous la direction d'Olari Elts
Kaija Saariaho : "Orion" sous la direction d'Olari Elts