Concerts
Concert

L'Orchestre national de France joue Brahms et Berlioz

En direct de l'auditorium de la Maison de la Radio, Emmanuel Krivine dirige l'Orchestre national de France dans la 3e symphonie de Brahms et Harold en Italie de Berlioz, avec l'alto Nicolas Bône. Concert donné le 6 juin 2019.

Maison de la Radio, Paris

Toutes les oeuvres

À partir des quatre symphonies, Emmanuel Krivine et l’Orchestre National de France ont imaginé une saison en partie consacrée à Brahms mais sans esprit de système, qui comprend notamment les quatre symphonies. Ils achèvent avec ce concert ce cycle et saisissent l'occasion pour provoquer la rencontre entre Berlioz et Brahms, de trente ans le cadet du compositeur de la Fantastique. Berlioz décrivait Brahms comme « un jeune audacieux si timide qui s’avise de faire de la musique nouvelle », et concluait : « Il souffrira beaucoup. » Dans Harold en Italie, il se déguise en personnage byronien et confie à un alto solo le soin de chanter ses mélancolies passionnées. Par la magie du concert, il donne la réplique à un Brahms qui, avec la Troisième Symphonie, dont chacun connaît le tendre intermezzo, a su lui aussi donner un tour passionné aux plus délicieuses de ses nostalgies.

Programme

Johannes Brahms
Symphonie n°3

Hector Berlioz
Harold en Italie

Nicolas Bône alto

Orchestre National de France
Emmanuel Krivine direction