Concerts
Concert
Dimanche 23 avril 2017

Concert des lauréats du 13e concours international de musique de chambre de Lyon

Les Quintettes Lumo, Monet et Ouranos interprètent Nielsen, Françaix, Ligeti... dans le cadre du 13e concours international de musique de chambre de Lyon, dédié aux quintettes à vent. Enregistré le 23 avril 2017 à l'Opéra de Lyon.

Opéra de Lyon

Toutes les oeuvres

Concert Concert des lauréats du 13e concours international de musique de chambre de Lyon  – Écouter en replay
Portrait du compositeur danois Carl Nielsen, © Getty / ullstein bild
  • 14mn 17s
    Nielsen : Quintette à vent op 43 FS 100 - 3. Prélude adagio ; thème et variation, par le quintette Monet
  • 8mn 15s
    Tomasi : 5 danses profanes et sacrées pour quintette à vent (extraits), par le quintette Lumo
  • 7mn 38s
    Arnold : 3 Shanties op 4, par l'ensemble Ouranos
  • 9mn 47s
    Silvestrini : Quintette à vent, par le quintette Lumo
  • 13mn 29s
    Françaix : Quintette à vent n°1, par le quintette Monet
  • 11mn 41s
    Vasks : Music for a deceased friend (Musique pour une amie disparue), par le quintette Lumo
  • 13 min
    Ligeti : Six bagatelles, par l'ensemble Ouranos

En ouverture, l'ensemble allemand Monet propose le dernier mouvement (Prélude Adagio, Thème et variations) du Quintette à vents de Carl Nielsen. L’ensemble finlandais Lumo présente quant à lui trois mouvements extraits de Cinq danses profanes et sacrées d’Henri Tomasi

Il sont suivis du quintette français Ouranos, premier lauréat du concours, qui interprète Three Shanties de Malcolm Arnold, une oeuvre aux accents burlesques et inspirée de trois chants marins populaires au début du XXe siècle. 

L'ensemble Lumo revient ensuite sur scène avec une pièce en un seul mouvement de Gilles Silvestrini spécialement composée pour l’occasion. Puis, c'est à nouveau au tour de l'ensemble Monet qui interprète cette fois-ci le Quintette n°1 de Jean Françaix, puis une œuvre de Peteris Vasks intitulée Musique pour une amie disparue

L'ensemble Ouranos clôt la soirée avec les Six bagatelles de György Ligeti, une adaptation pour vents de six des onze mouvements de Musica Ricercata, écrits pour piano. Elles s’inspirent de compositeurs comme Bartók et Stravinsky, dont l’écoute était interdite au moment de sa création, sous le régime communiste hongrois du début des années 1950. Les Bagatelles, jugées trop avant-gardistes et dissonantes par les autorités sont à l'époque elles aussi censurées.