Concerts
Concert

Charpentier : Tristis est anima mea H.126 par Les Arts Florissants et Paul Agnew

4 min
Charpentier : Tristis est anima mea H.126 par Les Arts Florissants et Paul Agnew

Écrite pour les célébrations du Mercredi saint où les fidèles sont plongés petit à petit dans l’obscurité, c’est une plongée dans l’atmosphère du Grand Siècle et ses célébrations liturgiques, souvent très mondaines, où l’on se presse pour se recueillir.

Tristis est anima mea est une oeuvre sacrée pour chœurs et orchestre composée par Marc-Antoine Charpentier (1643-1704), placé à l’époque sous la protection bienveillante de Marie de Lorraine à l’Hôtel de Guise. Très cultivée, cette femme à laquelle il dédie de nombreuses œuvres a en effet transformé sa demeure en un véritable foyer artistique dont la réputation s’étend jusqu’à Versailles et la cour de Louis XIV où Charpentier connaîtra plus tard un véritable succès. L’oeuvre a été écrite pour les célébrations liturgiques de Pâques, événement mondain par excellence où s’exprime une piété sincère, mais théâtralisée et où sont invités les meilleurs musiciens et chanteurs du royaume. Issu d’un cycle de neuf répons, elle fait partie de l’office du Mercredi saint où, de minuit à l’aube, les fidèles sont plongés dans l’obscurité et où, au fur et à mesure, les cierges s’éteignent pour représenter les ténèbres tandis que les chœurs guident les croyants dans la nuit.

Les Arts Florissants à l'occasion d'un concert au Alice Tully Hall en 2012
L'intégrale du concert
Charpentier par les Arts Florissants sous la direction de Paul Agnew
Abbaye, Saint Michel en Thiérarche