Concerts
Concert

Beethoven : Sonate pour piano n°9 en Mi Majeur op 14 n°1

Durée : 14 minutes

Maroussia Gentet joue la Sonate pour piano n°9 en Mi Majeur op 14 n°1 composée par Beethoven en 1798.

Après l’ambitieuse « Pathétique », les deux Sonates op. 14 reviennent à des proportions plus modestes et à une écriture sans grande difficulté technique. Mais dans sa Sonate n° 9, Beethoven continue d’expérimenter de nouvelles dispositions pianistiques, des façons inédites d’enchaîner les motifs. Une grande partie de l’Allegro donne ainsi la sensation d’être dans une perpétuelle transition, ce qui surprend de prime abord chez un compositeur enclin aux démonstrations d’autorité. On relèvera l’introduction d’un nouvel élément thématique dans le développement, mélodie véhémente accompagnée par un motif tournoyant.

Comme dans la Sonate n° 6, un Allegretto se substitue au mouvement lent. Hésitant entre le caractère d’un menuet et celui d’un scherzo, il doit beaucoup de son expressivité à ses tensions harmoniques et à la répétition obsédante de sa cellule rythmique initiale. Le climat s’apaise dans la partie centrale, remarquable de clarté, dont un écho résonne lors de la coda.

Si le Rondo s’inscrit dans l’esprit des mouvements précédents, Beethoven corse la première phrase du refrain au moyen d’un crescendo (geste expressif peu fréquent à l’époque). Le tourbillon de triolets de la main gauche unifie une grande partie du mouvement. Il est toujours présent lors de la dernière occurrence du refrain, où la mélodie, dorénavant syncopée, semble tanguer sur le flot de l’accompagnement.

Structure

  1. Allegro 
  2. Allegretto 
  3. Rondo. Allegro commodo
Maroussia Gentet
L'intégrale du concert
Maroussia Gentet et François-Frédéric Guy jouent les sonates n°1, 9, 10, 22, 13, 15 et 29 de Beethoven
Maison de la Radio,Paris