Concerts
Concert

Beethoven : Sonate pour piano n°15 en Ré Majeur op 28 "Pastorale"

Durée : 21 minutes

François-Frédéric Guy joue la Sonate pour piano n°15 en Ré Majeur op 28 "Pastorale" composée par Beethoven en 1801.

Après les deux Sonates op. 27 « quasi una fantasia », Beethoven revient à une écriture et des formes plus traditionnelles, comme s’il ressentait le besoin d’un temps de maturation avant de franchir de nouvelles étapes (une dynamique que l’on observe également dans le domaine de la symphonie et du quatuor à cordes). Mais le retour en arrière n’est qu’apparent, car la Sonate n° 15 recèle maints détails singuliers.

Le surnom de « Pastorale » est, comme dans le cas de la « Pathétique »  et de la « Clair de lune », une idée de l’éditeur : la répétition de la note de basse au début des premier et dernier mouvements, ainsi que certaines tournures mélodiques fleurant quelque inspiration populaire, ont peut-être motivé l’association avec un climat champêtre. Dans l’Allegro initial, clair et serein, seul le bref développement donne une sensation de conflit.

Le ton devient plus sérieux dans l’Andante, une marche en ré mineur sur un accompagnement rappelant des pizzicatos de cordes. La partie centrale, avec ses élégantes guirlandes d’arpèges, introduit quelques instants de divertissement avant le retour développé et plus touffu de la première partie.

Le Scherzo est construit à partir de brefs motifs volontairement insignifiants, mis en œuvre avec une réjouissante fantaisie. Il sert de tremplin au Rondo plein de gaieté. Si la sonate se termine avec une coda éclatante et plus rapide (effet d’accélération initié par la Sonate n° 13), on notera que son finale évolue souvent dans une nuance piano qui maintient son caractère intime.

Structure

  1. Allegro
  2. Andante
  3. Scherzo. Allegro vivace - Trio
  4. Rondo. Allegro ma non troppo
Maroussia Gentet
L'intégrale du concert
Maroussia Gentet et François-Frédéric Guy jouent les sonates n°1, 9, 10, 22, 13, 15 et 29 de Beethoven
Maison de la Radio,Paris