Concerts
Concert

Beethoven : Sonate pour piano n°10 en Sol Majeur op 14 n°2

Durée : 18 minutes

Maroussia Gentet joue la Sonate pour piano n°10 en Sol Majeur op 14 n°2, composée par Beethoven en 1799.

Beethoven se moquerait-il des oreilles distraites ? Une écoute superficielle placera le premier temps de l’Allegro sur la deuxième note de la mélodie, alors qu’il tombe sur sa quatrième note. Après quelques mesures, l’ambiguïté se dissipe. On comprend alors la subtilité de l’écriture rythmique, qui engendre un effet d’apesanteur quasi constant dans l’exposition : pas de contrastes, une sensation de calme propice au déploiement de lignes claires et souples. Le développement, particulièrement élaboré, n’en prend que plus de relief, avec ses nombreux changements de tonalité.

Pour la première fois, Beethoven introduit un thème et variations dans une sonate pour piano. L’Andante traite encore de façon classique cette structure, essentielle dans son style tardif : l’ossature du thème au caractère de marche reste aisément perceptible au fil des variations.

Le terme Scherzo, en tête du finale, doit se comprendre dans son sens étymologique, indépendamment de la forme à laquelle les musiciens l’associent en cette fin de XVIIIe siècle. C’est bien une « plaisanterie » que Beethoven offre ici en multipliant les espiègleries : l’articulation rythmique du thème principal donne l’impression d’une mesure à deux temps alors que le mouvement est à trois temps ; des traits arachnéens et volubiles répondent à des accords vigoureux ; le ronronnement de la main gauche stylise quelque instrument populaire. Le geste final reste dans cet esprit, car la musique s’esquive plus qu’elle ne s’achève.

Structure

  1. Allegro 
  2. Andante 
  3. Scherzo. Allegro assai
Maroussia Gentet
L'intégrale du concert
Maroussia Gentet et François-Frédéric Guy jouent les sonates n°1, 9, 10, 22, 13, 15 et 29 de Beethoven
Maison de la Radio,Paris