Concerts
Concert

Nicholas Lens - « Shell Shock » (Orchestre Philharmonique de Radio France & Choeur de l'Opéra de Silésie)

Durée : 1 heure 39 minutes

L'Orchestre Philharmonique de Radio France, le Choeur de l'Opéra de Silésie, les Solistes du Trinity Boys Choir & la Compagnie Eastman interprètent « Shell Shock, A Requiem of War » de Nicholas Lens & Nick Cave, dirigé par Bassem Akiki. Concert donné le 11 novembre 2018 à la Philharmonie de Paris.

Une commande du Théâtre royal de la Monnaie, la cantate chorégraphique Shell Shock, A Requiem of War du compositeur belge Nicholas Lens, sur un texte de Nick Cave et chorégraphié par Sidi Larbi Chekaoui, souhaite donner la parole à toutes les victimes anonymes de la Première Guerre mondiale. Né près des champs de la bataille d’Ypres, Nicholas Lens grandit confronté quotidiennement avec la mémoire de la Grande Guerre et les cimetières des soldats tombés. Intitulée Shell Shock, l'oeuvre fait référence à « l'obusite », ou plutôt le « syndrome des tranchées », trouble psychologique et physique de stress post-traumatique avec de nombreux effets secondaires dont souffraient d'innombrables soldats lors du combat et surtout après la guerre.

Non seulement les soldats, la parole est également donnée aux victimes silencieuses de la Grande Guerre, telles que les infirmières et les orphelins : « Shell Shock parle de ceux qui n'avaient pas le droit de s'exprimer, juste d'obéir ou de subir. Que ce soit une mère qui regarde son fils partir au front et qui ne le reverra plus, des enfants qui ont perdu leurs parents, un soldat colonial dans un pays qu'il ne connaît pas et qui ne sait pas très bien pourquoi il se bat, etc", raconte le compositeur.

Décor décliné sur trois niveaux, l'oeuvre explore la folie de la guerre et l’omniprésence de la mort à travers douze « cantos », une forme opératique pour raconter l'histoire car, selon le compositeur, « c'est la forme de théâtre ultime. On peut agrandir énormément des choses très petites, ou l'inverse. Surtout je crois qu'une voix ne peut pas mentir, et cela correspond tout à fait au sujet de Shell Shock. Si on essaie de masquer quelque chose, le spectateur s'en rend tout de suite compte. »

Bien que la collaboration de Lens avec le rockeur et poète australien Nick Cave puisse surprendre, ce dernier explique : « J'ai une capacité naturelle pour écrire une chanson triste [...] j'ai toujours été prédisposé à l'obscurité ». A la musique de Lens, Cave apporte un texte sans dialogue mais plutôt une suite de narrations et de plaintes, en forme de couplets et de refrains : « C'est ce qui caractérise le travail de Nick Cave en général, tout ce qu'il fait est sincère. Quand il pleure, quand il se moque, on le croit. Il écrit comme s'il avait du sang entre les doigts. Je voulais absolument cette sincérité pour le sujet de Shell Shock. »

« Shell Shock » de Nicholas Lens (Orchestre Philharmonique de Radio France & Choeur de l'Opéra de Silésie)
L'intégrale du concert
« Shell Shock » de Nicholas Lens (Orchestre Philharmonique de Radio France & Choeur de l'Opéra de Silésie)
Grande salle Pierre Boulez - Philharmonie. Paris