Concerts
Concert

Rameau : Prélude : "Formons les plus brillants concerts...",Air de la Folie, ext. de Platée (Act.II, Sc.5)

Durée : 5 minutes

"L'Air de la Folie" extrait de Platée de J.P Rameau interprété par Sandrine Piau, Les Arts Florissants, la Julliard 415 ... sous la baguette de William Christie et Paul Agnew. En direct de la Grande Salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris.

Comédie lyrique ou Ballet bouffon de Jean Philippe Rameau composée en un prologue et trois actes est créée le 31 mars 1745 à Versailles d'après le Livret issu de Platée ou Junon jalouse, du dramaturge Jacques Autreau, inspiré des Béotiques, IXe livre, chapitre III, de la Description de la Grèce, du géographe-historien grec Pausanias. La première représentation eut lieu le 31 mars 1745, dans le grand  manège couvert de Versailles, lors du mariage du Dauphin avec l’Infante  d’Espagne. Lorsque  Rameau  écrit  la  partition,  il  note  en  en-tête  comédie-ballet.  Ultérieurement,  cette œuvre reçoit le qualificatif de comédie lyrique.

Le livret de Platée est émaillé de danses qui s’insèrent dans l’action. Le rôle du ballet est donc capital  dans cette œuvre, ce qui justifie pleinement les appellations le mettant à l’honneur (comédie-ballet, ballet  bouffon). Nous verrons dans l’analyse plus détaillée de l’œuvre que le choix des danses et de leurs caractéristiques musicales joue un rôle important dans son déroulement.

Chaque scène est un mélange iconoclaste d’airs, de chœurs et de danses  qui viennent peupler une intrigue truffée de rôles et de péripéties  secondaires. 

Dans un récitatif introductif, La Folie explique qu’elle va chanter en l’honneur de Jupiter et de la « beauté » de Platée, qui se voit encore une fois flattée et ironiquement honorée. Le premier air de La Folie se développe dans une mise en musique débridée et cocasse. Le tempo est rapide, le caractère léger. Les  paroles racontent les amours tumultueuses d’Apollon et de Daphné, mais son contenu reste anecdotique. Rameau a surtout recherché les effets comiques notamment par des vocalises sur des syllabes peu appropriées. Certaines longues vocalises deviennent des rires appuyés. Parfois il utilise des voccalises interminables et particulièrement disgracieuses, balayant tous les registres de la voix, dans une longue et improbable cadence. Rameau respecte ici la structure de l’aria da capo avec un contraste dans la partie centrale, «   C’est ainsi que l’Amour de tout temps s’est vengé ». Nul doute également qu’il livre ici éga-lement une parodie de l’air d’opéra dans le goût italien de l’époque, avec la virtuosité qui était fort appréciée dans ce style. 

Dans les Jardins de William Christie à Thiré en Vendée (85)
L'intégrale du concert
Odyssée Baroque : Les Arts Florissants
Grande salle Pierre Boulez-Philharmonie