Concerts
Concert

Igor Stravinsky : L'Histoire du soldat, suite

Durée : 15 minutes

Catherine Cournot (piano), Jérôme Voisin (clarinette), Arno Madoni (violon) interprètent la suite tirée de l'Histoire du soldat d'Igor Stravinsky. Concert donné sans public en direct de l'Auditorium de la Maison de la Radio et de la Musique à Paris, le 9 avril 2021.

Version pour trio : piano, clarinette et violon

Lorsque la guerre éclate, en août 1914, Igor Stravinsky décide de rester en Suisse où il  séjourne chaque été depuis quelques années avec sa femme et ses enfants. Il s’installe  dans la petite ville de Morges, au bord du lac Léman. Dès 1915, il fait la connaissance de  l’écrivain Charles Ferdinand Ramuz avec lequel il collabore à l’adaptation française de  plusieurs de ses œuvres d’inspiration russe, comme le ballet Noces et Renard qui ne seront  créés qu’après-guerre.  

Au lendemain de la Révolution d’octobre 1917, le compositeur rencontre de graves difficultés financières. En 1918, il conçoit avec Ramuz le projet d’une pièce susceptible d’être  donnée par une petite troupe itinérante à travers la Suisse, et porte son choix sur un conte  d’Afanassiev, Le Déserteur et le Diable. Ramuz va en tirer une nouvelle variation sur le  mythe de Faust : le diable rencontre un soldat, lui propose d’échanger son violon contre un  livre magique censé lui apporter la richesse. Au terme de diverses péripéties, il parvient à  gagner son âme. 

Une fois le projet mis sur les rails grâce au soutien du mécène suisse Werner Reinhart (à  qui l’œuvre est dédiée), les deux hommes travaillent en parallèle d’avril à septembre 1918  à cette œuvre hors norme, « lue, jouée et dansée » par un récitant, deux acteurs (le soldat  et le diable) et une danseuse (la princesse), accompagnés d’un orchestre miniature (violon, contrebasse, clarinette, basson, cornet à pistons, trombone et percussion). La création  a lieu le 28 septembre 1918 au Théâtre municipal de Lausanne sous la direction d’Ernest  Ansermet. Si le projet de tournée suisse est compromis par l’épidémie de grippe espagnole, l’Histoire du soldat n’en a pas moins connu par la suite une carrière planétaire. La musique de l’Histoire du soldat est sans doute la création de Stravinsky la plus significative des années de guerre. L’économie de moyens commandée par les circonstances lui  dicte un style concis et dépouillé qui se marie harmonieusement au texte à la fois naïf et  profond de Ramuz. De même qu’il renonce à l’orchestre foisonnant de ses ballets russes  d’avant-guerre (L’Oiseau de feu, Petrouchka, Le Sacre du printemps), son inspiration  s’internationalise avec des emprunts à d’autres traditions populaires : Europe de l’Est pour  l’écriture du violon, Amérique pour les danses à la mode du moment (tango, ragtime),  Espagne pour le paso doble de la « Marche royale », etc. À la même époque, il s’intéresse aussi au jazz qui déferle sur le Vieux continent et termine, le 11 novembre 1918, un  Ragtime pour onze instruments ! 

Afin d’assurer la pérennité de sa partition, Stravinsky ne tarda pas à en tirer deux suites  instrumentales, dont une pour trio avec piano. Le violon (« personnage » essentiel de  l’action) et la clarinette y retrouvent le rôle prépondérant qui leur est assigné dans la  version originale. Cette suite reprend cinq des onze principaux morceaux : la « Marche  9 du soldat » qui sert d’introduction au conte, « Le violon du soldat » première rencontre du  diable et du soldat, le « Petit concert », joué à la fin de la scène des cartes où le soldat  reprend son violon au diable, les trois danses (valse, tango, ragtime) jouées par le soldat  pour guérir la princesse, et la « Danse du diable » qui lui succède. Entre ces pièces s’établit  tout un réseau de leitmotifs, parmi lesquels on relèvera la citation « inconsciente » des  premières notes du Dies irae (séquence de la messe des morts dans la liturgie catholique)  dans le « Petit concert », puis dans le « Tango ». 

Gilles Saint Arroman

Mirga Gražinytė-Tyla
L'intégrale du concert
Mirga Gražinytė-Tyla et Patricia Kopatchinskaja jouent Chostakovitch et Weinberg
Auditorium de la Maison de la Radio et de la Musique
Compositeur·rice
Igor Stravinsky
Igor Stravinsky