Concerts
Concert

Mozart : Così fan tutte K 588 - Fra gli amplessi in pochi istanti (Acte II) Duo Fiordiligi Ferrando

Durée : 6 minutes

Le ténor Stanislas de Barbeyrac et la soprano Véronique Gens interprètent Fra gli amplessi in pochi istantii, duo de Fiordiligi et Ferrando à l'acte II de Cosi fan tutte de Mozart, avec le Balthasar Neumann Ensemble sous la direction de Thomas Hengelbrock.

Concert enregistré le 9 juillet au Théâtre de l'Archevêché d'Aix-en-Provence.

Farce invraisemblable, fable philosophique sur l’amour, tragi-comédie romantique et désespérée, Cosi fan tutte est tout cela…  et plus. Après avoir emprunté à Beaumarchais le sujet des Noces de Figaro et à Molière celui de Don Giovanni, Mozart et son librettiste Lorenzo Da Ponte imaginent un sujet original, dont on a longtemps affirmé qu’il avait été soufflé par l’Empereur Joseph II lui-même, sur les bases d’une histoire viennoise réellement vécue. Originale, l’intrigue repose pourtant sur des moteurs sans cesse vus et cultivés dans la littérature et le théâtre depuis les origines, d’Ovide à la commedia dell’ arte…  L’histoire ? Une méditation douce-amère sur la fidélité des femmes, sur fond de travestissements, de faux adieux et de tromperies – Cosi fan tutte signifiant « Elles font toutes ainsi », autrement dit « Toutes les femmes trompent les hommes ». Traité des sentiments oscillant entre libertinage, tendresse, brûlure amoureuse et résignation, l’œuvre est portée par une musique qui, elle, ne trompe ni ne ment jamais, la plus radieuse peut-être jamais écrite par Mozart.

Créé le 26 janvier 1790 au Burgtheater de Vienne, cet opéra bouffe marque la troisième et dernière collaboration entre Mozart et Da Ponte, après Les Noces de Figaro et Don Giovanni.  ». Traité des sentiments oscillant entre libertinage, tendresse, brûlure amoureuse et résignation, l’œuvre est portée par une musique qui, elle, ne trompe ni ne ment jamais, la plus radieuse peut-être jamais écrite par Mozart.,

L'opéra a été très applaudi lors de la première représentation ; cependant le décès de Joseph II le 20 février 1790 entraîna la fermeture des théâtres pour deuil. À la réouverture des salles, Cosi fan tutte était presque totalement oublié.

Stanislas de Barbeyrac
L'intégrale du concert
Mozart et Beethoven à l'Archevêché : De l'origine au renouveau
Théâtre de l'Archevêché d'Aix en Provence