Concerts
Concert
Dimanche 21 juillet 2013

L'Orchestre national de France joue Beethoven et Bartók

Bernard Haitink dirige l'Orchestre national de France dans la Symphonie n°3 de Beethoven et le Concerto pour orchestre de Bartók. Concert enregistré le 21 juillet 2013 au Corum de Montpellier.

Opéra Berlioz,Montpellier

Toutes les oeuvres

Concert L'Orchestre national de France joue Beethoven et Bartók  – Écouter en replay
L'Orchestre national de France joue Beethoven et Bartók , © Radio France

Vienne, le 7 avril 1805. Violente, éclatante, moderne, la Symphonie « Héroïque » de Beethoven déroute les critiques. Certains y voient une œuvre « assommante, interminable et décousue », et rares sont ceux à chanter ses louanges. L’audace des choix musicaux, et surtout du thème de l’œuvre, surprend. Cette fois-ci, le héros n’est pas un dieu mais un homme, Napoléon Bonaparte. La Révolution a balayé le XVIIIe siècle et l’époque romantique qui s’ouvre accorde une large place à la figure du héros « libérateur et pacificateur », selon les propos de Rodolphe Bruneau-Boulmier.

Fraîchement arrivé aux Etats-Unis pour fuir le nazisme, Béla Bartók apprend qu’il souffre d’une leucémie. C’est donc en homme épuisé qu’il se lance dans l’écriture de son Concerto pour orchestre, à l’été 1943. L’œuvre porte la trace de la noirceur qui l’envahit. Lui-même parle d’« austérité », de « lugubre chant de mort » à propos des premier et troisième mouvements. Il définit par ailleurs son concerto comme « une œuvre orchestrale [qui] traite les instruments isolés ou les groupes d’instruments de manière « concertante » ou soliste ».