Concerts
Concert
Lundi 5 mars 2018

L'ensemble Doulce Mémoire dirigé par Denis Raisin Dadre interprète Tomas Luis de Victoria

Denis Raisin Dadre dirige l'ensemble Doulce Mémoire dans Missa pro Victoria de Tomas Luis de Victoria. Enregistré le 17 septembre 2017 à l'Abbatiale d'Ambronay, dans le cadre du Festival d'Ambronay.

Abbatiale, Ambronay

Toutes les oeuvres

  • 3mn 19s
    L'ensemble Doulce Mémoire dirigé par Denis Raisin Dadre interprète une Pavane (Anonyme)
  • 30mn 36s
    Tomas Luis de Victoria : Introit, Cantate Domino tiré de la Missa pro Victoria par l'ensemble Doulce Mémoire
  • 3mn 18s
    Nicolas Gombert : "Mon seul" par l'ensemble Doulce Mémoire
  • 31mn 01s
    Tomas Luis de Victoria : Salve Regina tiré de la Missa pro Victoria par l'ensemble Doulce Mémoire
  • 3mn 38s
    L'ensemble Doulce Mémoire dirigé par Denis Raisin Dadre interprète une Pavane (Anonyme)
  • 15mn 25s
    Tomas Luis de Victoria : Magnificat et Salva nos tirés de la Missa pro Victoria par l'ensemble Doulce

La Missa pro Victoria vous donnera un petit aperçu de l’éclat et du faste des messes données à la Renaissance. L'oeuvre se caractérise notamment par une alternance « entre musique polyphonique complexe, récitation en plain-chant, musique instrumentale », alternance qui n’était proposée qu’au cours de grandes fêtes religieuses comme Noël ou Pâques, comme l’explique Denis Raisin Dadre, directeur musical et fondateur de Doulce Mémoire, ensemble  de musique ancienne né en 1989 et très actif dans la vallée de la Loire.

Pour écrire sa Missa pro Victoria, le compositeur espagnol Tomás Luis de Victoria s’inspire de la Bataille de Clément Janequin. L’œuvre relève ainsi de ce qu’on appelle la « messe-parodie », une forme de messe polyphonique fondée sur une œuvre déjà existante et très employée à la Renaissance. 

Chaque compositeur apporte néanmoins sa touche d’originalité. Contrairement à Clément Janequin, Tomás Luis de Victoria écrit sa messe pour neuf voix et non quatre, avec deux chœurs, l’un à quatre voix, l’autre à cinq.  

Au cours de cette Missa, vous entendrez également des pavanes d’anonymes et « Mon seul » de Nicolas Gombert