VIDEO - Comment JOUER des claquettes ?

Après tout, les claquettes (ou "tap dance" en anglais) ne sont-elles pas qu'une simple danse ? Fabien Ruiz, claquettiste professionnel, nous prouve le contraire dans ce tutoriel. Accompagné par Christophe Davot à la guitare, il nous explique en 5 leçons comment jouer de cet instrument.

VIDEO - Comment JOUER des claquettes ?
Fabien Ruiz, claquettiste, © Radio France / Pôle vidéo, France Musique

En fait les claquettes, à la base, c'est un instrument de percussion. D'ailleurs, cela ressemble au mot “baguette” que le batteur a dans les mains, le claquettiste, lui, il a des claquettes sous les pieds, c'est exactement la même chose. On joue sur une musique, on fait des rythmes comme le fait un percussionniste ! Fabien Ruiz, claquettiste & chorégraphe du film "The Artist"

Leçon 1 : être bien accompagné

Fabien Ruiz :L’instrument “claquette” en lui même n'est pas la chaussure. La chaussure n'est là que pour tenir l’instrument. L'instrument est en fait la petite plaque de métal fixée sous la chaussure. Aussi, ce ne sont pas les claquettes qui produisent le son, elle sont simplement le moyen d'aller le chercher.

D'ailleurs, la surface idéale est la scène de théâtre en bois, car elle est creuse en dessous. Cela donne un son assez grave avec le talon et un son beaucoup plus aigu avec la pointe. En effet, sur le talon, il y a toute l'ossature du corps, et sur la pointe, le son est plus aigu parce qu'il n’y a que le bout des orteils.

L'histoire des claquettes

Fabien Ruiz : Le grand évènement qui a marqué l'histoire des claquettes est l'arrivée de la comédie musicale, à partir du moment où le cinéma est devenu sonore. Ce fut un véritable boum, les claquettes sont restées à la mode pendant à peu près deux décennies, avec de grandes stars comme Fred Astaire ou Gene Kelly. Les claquettes sont toujours assimilées à cette période là, alors qu’elles existaient déjà depuis plusieurs décennies et qu’elles ont continué d’exister après.

En effet, l'origine des claquettes est ancienne : ce sont toutes les danses populaires et traditionnelles Européennes des siècles passés, qui se pratiquaient avec des sabots en bois. Le sabot est donc un peu l'ancêtre de la chaussure de claquettes.

Leçon 2 : maîtriser les pas de base

Fabien Ruiz :Si l'on frotte le sol avec la pointe, on appelle cela un “Brush”. Remarquez la présence de l'anglais : “Brush” veut dire “Brosser”, on brosse le sol. Si on pose la pointe, cela s'appelle un “Step”, parce qu'on fait des pas. Si l'on saute sur un pied, cela s'appelle un “Hop”, parce qu'on saute. D'autre pas permettent d'utiliser la pointe, le plus connu s'appelle le “Toe”. Il consiste à piquer le sol avec le bout des orteils, c'est la sonorité la plus grave des claquettes. On peut aussi utiliser talon : si on le pose à plat, cela s'appelle un “Heel”, mais on peut aussi poser la pointe du talon, comme si on creusait le sol et cela s'appelle un “Dig”. Il existe donc une petite dizaine de pas de base, qui ne produisent  qu'une seule sonorité. Ensuite, il y a les combinaisons.

Par exemple, on va faire un brush, puis poser un step juste après. On ne va pas dire "brush-step, brush-step, brush-step" car c'est trop dur à dire, cela s'appelle un “Flap”. Plein de combinaisons existent : on peut faire trois, quatre ou cinq sons, etc. Comme un alphabet, si on mélange deux lettres l'une avec l'autre, cela change leur son. Si on prend un A et un N, tant qu’ils sont séparés, on dira A, N. Mais si on les rapproche, ce n'est plus A, N qu'on entend, c’est “AN” : la sonorité est différente.

Leçon 3 : être bien accompagné

Fabien Ruiz :Le son des claquettes est très, très court. Il est donc intéressant de mélanger ces petites notes très courtes, très sèches avec les cordes : violon, contrebasse, guitare ou violoncelle pour la musique classique. Tous ces instruments ont une sonorité tellement opposée à la petite "note" des claquettes que les deux se marient parfaitement bien.

Leçon 4 : avoir du rythme et du swing

Fabien Ruiz :La première des choses, c'est l'oreille, il faut aimer la musique et avoir envie d'en faire. Le cliché le plus présent est de penser que les claquettistes sont est danseur, alors que ce sont vraiment deux métiers différents. Quand on joue des claquettes, on cherche simplement à avoir ce phrasé musical que pourrait avoir un percussionniste avec ses mains, sauf qu’on utilise nos pieds. Fred Astaire était et se revendiquait avant tout comme musicien : il jouait très bien de la batterie, du piano, de la clarinette, il a composé des chansons, etc.

Leçon 5 : savoir improviser

Fabien Ruiz :Enfin, on peut casser tout cela et partir sur une improvisation totale, où on ne se fie plus à ce que qu'on a apprit en cours : on fait ce que l'on veut avec nos pieds. C'est là que l'on va séparer les sons pour pouvoir faire exactement ce que fait un batteur.

Dans l'histoire des claquettes, si l'on cite John Bubbles, Bill Robinson, plus récemment Gregory Hines ou actuellement Savion Glover, ce sont des gens qui ne sont pas des danseurs, ce sont purement et simplement des claquettistes, des musiciens.