Une adaptation du film Peau d’âne pour la réouverture du Théâtre Marigny

Fermé pour travaux depuis cinq ans, le Théâtre Marigny dans le 8e arrondissement de Paris rouvre ses portes mercredi 14 novembre. Et pour la première, les spectateurs pourront voir une adaptation du film de Jacques Demy, Peau d’âne.

Une adaptation du film Peau d’âne pour la réouverture du Théâtre Marigny
La troupe de Peau d'âne, nouvelle production au Théâtre Marigny., © Julien Benhamou

A la veille de la réouverture du Théâtre Marigny, l’excitation est palpable dans les couloirs de l’administration. Mardi 13 novembre, tout le monde s’affaire pour la répétition générale de Peau d’âne, adaptation du film de Jacques Demy, qui sera donnée pour ouvrir cette nouvelle saison. Jean-Luc Choplin, directeur du théâtre, enregistre le message pour demander aux spectateurs d’éteindre les portables tandis que les chanteurs, maquillés et coiffés, passent d’une loge à l’autre.

Marie Oppert, jeune chanteuse de 21 ans, a la lourde tâche de reprendre le rôle de Peau d’âne, incarné à l’écran par une icône : Catherine Deneuve. « C’est une pression car on a tous cette image de la beauté sublime qu’elle dégage dans le film mais j’essaye de la ramener un peu à moi, voir ce que je peux apporter sans me comparer à elle, je n’oserais même pas ! », plaisante la nouvelle Peau d’âne. 

Marie Oppert dans le rôle de Peau d'âne au Théâtre Marigny.
Marie Oppert dans le rôle de Peau d'âne au Théâtre Marigny. , © Julien Benhamou

Pour préparer le rôle, Marie Oppert s'est plongée dans l’univers de Jacques Demy, de Michel Legrand ou d’Agnès Varda : « J’ai essayé de m’inspirer de toutes ces influences mais c’est surtout pendant les répétitions que l’on avance en s’inspirant des autres comédiens et chanteurs, et c’est ça qui forge le personnage ».

Un personnage iconique dans la culture française. Les chansons de Michel Legrand, presque 50 ans après la sortie du film, n’ont pas vieilli d’après Patrice Peyrieras, chef d’orchestre et directeur musical du projet : « On a simplement adapté la musique à la formation qui est initialement écrite pour grand orchestre, mais on n’a rien touché car il n’y a rien à toucher »

Le spectacle promet donc une copie du film mais sur la scène, un exercice difficile d’après Jean-Luc Choplin, directeur du Théâtre Marigny : « C'est toujours complexe d'adapter un film à la scène car il ne faut pas faire une photocopie du film. Il faut créer quelque chose qui respecte l'esprit du film, son humour, sa légèreté, sa profondeur, et en même temps faire quelque chose qui soit complètement à côté, une autre histoire, qui vous emmène dans un autre univers. » 

Le directeur n’en est pas à son premier essai. Anciennement à la tête du Théâtre du Châtelet à Paris, Jean-Luc Choplin avait déjà mis à la scène le film Un Américain à Paris de Vincente Minnelli. Avec le Marigny, il souhaite continuer dans cette veine du spectacle musical, sans oublier le passé de ce théâtre nouvellement rénové : « Je ne m'interdis rien ! Je veux un théâtre du beau temps, un théâtre de la légèreté, un théâtre musical... Et je veux aussi m'appuyer sur l'histoire du théâtre avec des grands noms comme Offenbach, Messager et d'autres encore. Il faut jouer avec le passé pour inventer le futur. »