Décès de Jerry Herman, compositeur de "Hello, Dolly!" et de la "Cage aux folles"

Jerry Herman est décédé dans un hôpital de Miami le 26 décembre 2019 des suites de complications pulmonaires. L'auteur de "Hello, Dolly!", "Mame" et "La Cage aux Folles" avait 88 ans.

Décès de Jerry Herman, compositeur de "Hello, Dolly!" et de la "Cage aux folles"
Jerry Herman en 2010, © Getty / The Washington Post

Trois comédies musicales de Jerry Herman sont particulièrement connues du grand public : Hello, Dolly! en 1964, avec Carol Channing dans le rôle de l'entremetteuse veuve Dolly Levi, qui sera jouée par Barbra Streisand dans le film de 1969 réalisé par Gene Kelly, mais aussi Mame en 1966, avec Angela Lansbury dans le rôle de l'entremetteuse également veuve, qui sera jouée par Lucille Ball dans le film de 1974 réalisé par Gene Saks, et enfin La Cage aux folles, de 1983, avec George Hearn chantant "I am What I Am".

Il serait difficile de résumer le style de Jerry Herman à ces trois comédies musicales. Difficile de mettre des mots sur le talent pour composer des mélodies qui restent dans l'oreille : des mélodies riches, avec des paroles souvent puissantes, qui ont émerveillé les critiques, encouragé le public à revenir et qui ont pavé d'or les trottoirs de Broadway sous les pas des producteurs et des artistes. Il a souvent été comparé à Irving Berlin (1888-1989) dans sa façon de nous ramener à l'époque où les compositeurs de chansons avaient façonné ce savoureux mélange de simplicité et de sophistication qui ne manque pas de mettre le public debout à la fin des représentations. Il avait un talent naturel pour composer mélodies et paroles en même temps, pour intégrer ces chansons dans le meilleur cadre narratif possible et nous lui devons d'avoir créé un langage d'une élégante finesse vocale pour les numéros les plus calmes.

Hello, Dolly! et Mame représentent le zénith de la comédie musicale américaine en tant qu'affirmation de soi pyrotechnique, délirante et émotionnelle, dans la lignée de Annie Get Your Gun (Irving Berlin, 1946) que Jerry Herman avait vu à l'âge de 14 ans et qu'il avait rejoué de mémoire sur le piano à son retour chez lui.

Laurent Valière rendra hommage à Jerry Herman dans son émission 42e Rue, dimanche 12 janvier.

Jerry Herman est né le 10 juillet 1931 à Manhattan. Il était le fils unique de Harry Herman, coach sportif, et Ruth Sachs, professeur de piano. Ils vivaient à Jersey City, et, l'été, organisaient des colonies de vacances dans l'état de New York durant lesquelles Jerry Herman concevait des costumes, peignait des décors et composait des revues. C'est sa mère Ruth qui a présenté Jerry à Frank Loesser (1910-1969), le compositeur de Guys and Dolls (1950) qui a entendu et apprécié ses chansons. Frank Loesser est catégorique : Jerry Herman aura un avenir certain dans la comédie musicale.

Il part étudier à l'Université de Miami et obtiendra son diplôme en drama en 1953. Après la composition de plusieurs revues de comédies musicales pour le Broadway Off, il est repéré par le producteur David Merrick qui l'invite à écrire Hello, Dolly! la même année que Fidler on the Roof (1964), avec Carole Channing, puis Ginger Rogers, Betty Grable, Phyllis Diller, Pearl Bailey et enfin Ethel Merman. Mame, que nous pouvons considérer comme un second acte à Hello, Dolly! a été suivi par son premier échec : Dear World (1969), d'après La Folle de Chaillot de Jean Giraudoux. Il reçut sa première nomination aux Tony Awards en 1961, pour Milk and Honey, une comédie musicale sur la fondation d’Israël.

Nous retiendrons les chiffres de ses trois succès : 2844 représentations de Hello, Dolly!, 1508 représentations de Mame et 1761 représentations de La Cage aux Folles. Notons que La Cage aux Folles est le seul spectacle à Broadway à avoir remporté un Tony Award pour la meilleure reprise : en 2004 et en 2010.

En 1984, en recevant le Tony pour La Cage aux folles, il avait déclaré : "Ce prix brise pour toujours un mythe à propos du théâtre musical. Il y a une rumeur depuis plusieurs années, selon laquelle les chansons simples, que l’on peut chantonner, ne sont plus les bienvenues sur Broadway." La Cage aux Folles, adaptation musicale de la pièce de théâtre éponyme de Jean Poiret, fait figurer la chanson I Am What I Am, devenue depuis un hymne gay.

Jerry Herman a publié son autobiographie, Showtune, en 1996. Celle-ci a ensuite donné son nom à une revue musicale célébrant l’œuvre et la musique du compositeur.

Jerry Herman est resté très Tin Pan Alley dans une Amérique d'après-guerre dont la musique cherchait de nouveaux territoires : à la différence de Stephen Sondheim et d'autres collègues qui préféraient des mélodies plus sombres et complexes et des paroles ambiguës, il a toujours affiché un penchant pour les numéros song-and-dance ("chansons dansées") proches de l'intrigue avec des mélodies mémorables et des idées chaleureuses de happy end.