Comédies musicales : une passion qui se transmet entre générations

Samedi 28 mai 2016, une dizaine d’auditeurs de France Musique sont allés à Londres pour découvrir quatre nouvelles comédies musicales grâce à l’émission 42ème rue. Nous les avons rencontrés.

Comédies musicales : une passion qui se transmet entre générations
Le musical Guys and dolls faisait partie des 4 comédies musicales à aller voir grâce au concours ©A.deLaleu/RadioFrance

Dans le hall de la gare du Nord à Paris, un monsieur arbore fièrement une petite pancarte en fer représentant la plaque de la 42ème rue de New York. Raymond a 93 ans et a remporté, grâce à son neveu, le concours organisé par l’émission 42ème rue pour assister à une comédie musicale de l’autre côté de la Manche.

Installé dans l’Eurostar, Raymond raconte d’où vient sa passion pour les comédies musicales : « Mon père aimait beaucoup la musique. Quand j’étais gamin, il m’a acheté un appareil pour écouter des disques. Je pense que ça a fait tilt à partir de ce moment, et je suis devenu un mordu des comédies musicales ».

Car depuis 1975, il n’en rate pas une : « Avec mon neveu, on va à Londres tous les ans, sauf les deux dernières années. A Paris aussi on va voir des comédies musicales, même celles que l’on a déjà vu à Londres : on va les revoir ! », poursuit le doyen du groupe.

Raymond, 93 ans, fan de comédies musicales depuis son enfance ©A.deLaleu/RadioFrance
Raymond, 93 ans, fan de comédies musicales depuis son enfance ©A.deLaleu/RadioFrance

Derrière lui sont installés Chloé et son père, Emmanuel. Eux aussi ont gagné des places pour passer une journée à Londres, et sont tout autant amoureux de comédies musicales. « C’est mon père qui m’a initié », lance Chloé. Assis à côté de sa fille, Emmanuel raconte d’où vient sa passion : « J’ai toujours été élevé dans les comédies musicales. Mes parents allaient voir des spectacles donc j’ai grandi dans cette ambiance et je l’ai transmis à mes enfants ».

Quelques sièges plus loin, même configuration : Léa est venue avec son père. « Il m’a fait regardé sur la télévision des comédies musicales quand j’étais petite. Et quand le théâtre du Chatelet a commencé à en produire je suis allée les voir en vrai », témoigne cette grande fan de comédies musicales.

Car la passion de Léa ne s’arrête pas aux spectacles. La jeune fille a écrit un mémoire sur le sujet. « J’ai travaillé sur l’origine de la comédie musicale. Comment de plusieurs genres européens comme le ballet ou l’opérette, la culture américaine s’est appropriée ce genre avec l’apport du jazz ou de la culture juive », explique Léa.

En France, les comédies musicales se développent tout doucement. Aujourd’hui le théâtre du Châtelet ou Mogador deviennent des références en programmant des spectacles de qualité, mais il existe encore beaucoup de préjugés ou de raccourcis concertant ce genre. Léa en fait les frais : « C’est compliqué d’aimer les comédies musicales en France. Par exemple, il faut sans cesse expliquer aux gens que non, Robin des bois n’est pas une comédie musicale et qu’il existe des spectacles bien mieux ».

Pour se consoler, ces amoureux de comédies musicales peuvent sauter dans un Eurostar et profiter du West End londonien et sa quarantaine de théâtres qui ne programment que des « musicals » comme disent les anglais.

Sur le même thème