Les prix Echo supprimés après le scandale antisémite

La fédération qui organisait les prix Echo, en Allemagne, a annoncé leur suppression après deux semaines de scandale. Plusieurs célébrités de la musique avaient rendu leurs récompenses. L'événement renaîtra sous une autre forme.

Les prix Echo supprimés après le scandale antisémite
Les rappeurs Farid Bang et Kollegah, à l'origine des protestations, tenant leurs prix Echo, © Getty / Andreas Rentz / Employé

Après deux semaines d'un scandale croissant, la Fédération allemande de l'industrie musicale (BVMI) a décidé de supprimer les prix Echo. Ces récompenses, parmi les plus importantes du pays et parfois comparées aux Victoires de la musique en France, étaient remises en fonction des succès commerciaux. « On ne veut en aucun cas que ce prix musical soit perçu comme une plateforme pour l'antisémitisme, le mépris des femmes, l'homophobie ou la banalisation de la violence », a argumenté la fédération organisatrice. 

Plusieurs récipiendaires de prix Echo avaient rendu leurs récompenses ces derniers jours en signe de protestation : Daniel Barenboim, Renaud Capuçon, Igor Levit, Christian Thielemann... Un sponsor s'était aussi désolidarisé de l'événement. Ils protestaient contre l'attribution d'une récompense à deux rappeurs, Kollegah et Farid Bang, aux textes controversés. Dans l'une de leurs chansons, le duo de rap compare leurs silhouettes à celles « des prisonniers d'Auschwitz ». Dans une autre, ils appellent à commettre « un nouvel Holocauste ».

Depuis 1992, les prix Echo étaient remis chaque année à des représentants de tous les styles musicaux. Mais « la marque Echo a été si abîmée qu'un nouveau départ est nécessaire », a déclaré la Fédération allemande de l'industrie musicale. Elle remplacera les désormais défuntes récompenses par une autre formule, mais annonce qu'elle prendra son temps pour la présenter.