Yann-Fañch Kemener, grande voix de la musique bretonne, est mort

Yann-Fañch Kemener, grande voix de la gwerz et du kan-ha-diska et défenseur inlassable de la langue bretonne, est mort ce samedi 16 mars chez lui, dans la région de Quimperlé à l'âge de 61 ans, des suites d'un cancer.

Yann-Fañch Kemener, grande voix de la musique bretonne, est mort
Yann-Fañch Kemener, grande voix de la musique bretonne, est mort

Il incarnait une voix, un amour pour le verbe et une passion inlassable pour la transmission de la culture bretonne : Yann-Fañch Kemener, grande voix de la gwerz et du kan-ha-diska et grand défenseur de la langue bretonne, est mort ce samedi 16 mars chez lui, dans la région de Quimperlé à l'âge de 61 ans, des suites d'un cancer.

« C’est une grande perte pour le monde culturel breton. Il a œuvré pour la langue bretonne et sa représentation en dehors de la Bretagne », a déclaré le maire de Trémeven Roger Colas suite à l'annonce de sa disparition.

Né en 1957 à Sainte-Tréphine, en Côtes-d'Armor, Jean-François Quémener alias Yann-Fañch Kemener écoute dès son plus jeune âge le patrimoine musical breton, qui est transmis au sein de sa famille maternelle de génération en génération. Sa mère est une chanteuse et danseuse exceptionnelle et lui insuffle l'amour pour la gwerz, sorte de ballade inspirée de la mythologie et des légendes bretonnes, et pour le kan-ha-diskan,   ces chants à danser qui se chantent à cappella. Yann-Fañch Kemener les chante d'abord en famille et dès l'âge de 15 ans commence à se produire en scène, parcourant villes et villages de la Bretagne afin de populariser ce répertoire. Dès les années 1970, conscient de la menace qui pèse sur le patrimoine musical traditionnel breton,  il entame une collecte ethnomusicologie auprès des plus anciens afin de sauver ce répertoire de l'oubli.  

Sa connaissance du répertoire traditionnel breton et sa voix exceptionnelle lui ouvrent les portes des scènes et des festivals internationaux. En 45 ans de carrière, avec une trentaine d'enregistrements et à travers une centaine de concerts, Yann-Fañch Kemener a popularisé la musique traditionnelle bretonne à travers le monde. Il fut invité régulier des nombreux festivals interceltiques, et en 2005 il a participé à la « Nuit celtique » au Stade de France qui avait rassemblé 100 000 spectateurs.

«Les gens passent mais le patrimoine nous survivra. C'est ce que je veux, mettre cette matière à disposition. Aux gens de réfléchir ensuite à ce qu'ils veulent en faire, »a-t-il déclaré dans un documentaire que lui consacrait France 3 Bretagne.

Yann-Fañch Kemener a reçu de nombreuses récompenses pour son travail de transmission et d'interprétation de la musique bretonne, et notamment le prix de l’Académie Charles Cros à deux reprises, en 1982 et en 2005.