Vague de contestation face au palmarès du Prix Echo 2018

Plusieurs anciens lauréats du Prix Echo contestent le palmarès 2018 de l'institution allemande qui a récompensé deux rappeurs accusés de provocation antisémite dans les textes de l'une de leurs chansons.

Vague de contestation face au palmarès du Prix Echo 2018
Igor Levit, lauréat 2014 du prix Echo, © Getty / ullstein bild

En Allemagne, le prix musical Echo est une véritable institution. Fondé sur les chiffres des ventes de disques, son palmarès 2018 suscite cependant l’indignation dans le pays. En cause, la présence parmi les lauréats de deux rappeurs, Kollegah et Farid Band, accusés de provocation antisémite dans l’une de leurs chansons. Dans ce texte, les chanteurs, qui ont reçu le trophée du meilleur artiste hip hop, se comparent notamment aux prisonniers du camp d'extermination d'Auschwitz.

Face à ce choix du jury, plusieurs anciens lauréats ont exprimé leur colère. Sur Facebook, le Quator Notos, qui avait reçu un Echo Klassik en 2017 se dit  « profondément choqué ». « Le prix Echo constituait à nos yeux la plus prestigieuse des récompenses allemandes. Ce prix a été décerné à un grand nombre de musiciens formidables. », écrivent ses musiciens qui ont décidé de rendre leur trophée. 

Il en va de même pour le pianiste Igor Levit, lauréat en 2014, qui fustige sur Twitter « une erreur incompréhensible et totalement irresponsable de la part du jury ». Dans une lettre ouverte, les chefs Enoch zu Guttenberg et Andreas Reiner déclarent quant à eux trouver désormais « honteux de continuer à tenir ce prix dans (leurs) mains ». Ils concluent : « Avec cette lettre, nous vous rendons nos prix respectifs ».