Une soirée aux BBC Proms

Légendaire festival londonien, les BBC Proms attirent chaque soir plus de 5 000 personnes au Royal Albert Hall. Une ode estivale à la musique classique dont France Musique dresse un bref portrait.

Combien sont-ils ? 500 ? 700 ? Plus encore peut-être. A 17h30, la file qui s’éloigne de la porte 12 du Royal Albert Hall, à Londres semble n’en plus finir. Elle descend les escaliers, tourne à droite sur Prince Consort Road (face au Royal College of Music), puis s’étend encore jusqu’à Queen’s Gate. Plusieurs centaines de personnes qui discutent, tricotent, boivent un verre, ou mangent un sandwich, en attendant - non pas la sortie du prochain Star Wars - mais l’ouverture des ventes des « Arena Tickets » : des billets à 5 pounds (environ 6 euros) qui permettent d’assister au concert des BBC Proms debout, dans l’arène centrale. 800 de ces places sont vendues chaque soir, contribuant sensiblement à la popularité de l’événement. Dans deux heures, en ce jeudi 21 août, ils assisteront au War Requiem de Benjamin Britten, interprété par l’Orchestre de la ville de Birmingham dirigé par Andris Nelsons.

Arborant fièrement son tee-shirt de fidèle « Prommer », William attaque sa 5ème heure d’attente, confortablement installé dans une chaise de camping, avec ses livres et son repas. Cet enseignant de la banlieue de Londres ne se laisse en aucun cas intimider par le temps d’attente, ou les caprices de la météo : « c’est une tradition. Je n’ai jamais manqué une seule édition des Proms depuis 1990 ». Lorsque nous lui demandons à quoi tient le succès de ce festival, il répond : « L’ambiance des Proms est unique. Les gens viennent comme ils sont, tour le monde parle avec tout le monde, de nombreuses amitiés naissent dans la file d’attente ».

proms visuel file d'attente mea 603 380
proms visuel file d'attente mea 603 380

Emma, Victoria, et Kate n’ont pas attendu les Proms pour se lier d’amitié. Elles n’ont pas encore 25 ans et viennent aux Proms depuis l’année dernière. « Ce sont des amis de l’université qui nous ont parlé des Proms », confie Victoria, « nous sommes venues avec eux l’an passé, et nous revenons cette année ». Le War Requiem auquel elles assistent ce soir est leur troisième concert cette année : « c’est une véritable chance de pouvoir écouter ces chefs d’œuvres interprétés par de grands artistes pour seulement 5 pounds ! ».

Tout d’un coup, cette foule éparse se lève et s’organise en un gigantesque serpent ordonné : les portes s’ouvrent et le public va pouvoir accéder à la salle. Et quelle salle ! Avec ses 5 544 places, le Royal Albert Hall tient plus du Zenith de Paris (environ 6 300 places) que de la Salle Pleyel (1913 places).

Une sorte d’immense dais aux couleurs de la BBC recouvre la scène, d’où pendent les projecteurs ainsi qu’une centaine de micros : chaque concert est retransmis sur la BBC Radio 3, mais aussi sur de nombreuses chaînes de radio à travers le monde, dont France Musique.

Des centaines de détails, d’anecdotes, soulignent le caractère léger des BBC Proms. La dernière nuit (Last Night of the Proms) en est un exemple flagrant. C’est sans doute l’un des événements les plus populaires, non plus seulement dans le domaine de la musique classique, mais même pour l’ensemble de la société britannique. Retransmis sur écran géant dans Hyde Park, et dans plusieurs villes du royaume, drapeaux y rivalisent avec chapeaux loufoques (on put y voir Sarah Connolly dans un costume de la Royal Navy, Renée Fleming en Britannia …) et le public reprend en chœur les thèmes populaires.

Chaque personne avec qui l’on discute dans la file d’attente a son lot d’anecdotes. Le souvenir le plus marquant de William, c’est le chef Andrew Davis qui, pour le traditionnel discours du dernier concert, a chanté ce discours sur un air de l’opérette HMS Pinafore de Gilbert et Sullivan. Aux BBC Proms, il est interdit de se prendre trop au sérieux…

Les BBC Proms se terminent le 13 septembre prochain. France Musique diffuse de nombreux concerts depuis le Royal Albert Hall, disponibles à la réécoute sur francemusique.fr dès le lendemain de la diffusion :

- 21/08 : Andris Nelsons dirige l’Orchestre symphonique de la ville de Birminghamdans le War Requiem de Britten.
- 25/08 : Ivan Fischer dirige l’Orchestre du festival de Budapest dans un programme Brahms, Mozart, Schubert et Strauss.
- 26/08 : Ivan Fischer dirige l’Orchestre du festival de Budapest dans les 3ème et 4ème symphonies de Brahms.
- 27/08 : Myung-Whun Chung dirige l’Orchestre philharmonique de Séoul dans Debussy, Tchaïkovski, et Unsuk Chin.

Ailleurs sur le web

Sur le même thème