Une playlist pour les 100 ans de la disparition d’Enrique Granados

Mis à jour le jeudi 24 mars 2016 à 08h30

Le compositeur et pianiste espagnol Enrique Granados a disparu en mer le 24 mars 1916 à l’âge de 48 ans. Que reste-t-il de sa musique ? Nous vous avons gardé le meilleur.

Une playlist pour les 100 ans de la disparition d’Enrique Granados
GRANADOS MEA

Il y a 100 ans, le compositeur Enrique Granados mourrait dans un naufrage entre Folkestone et Dieppe. Son navire, attaqué par un sous-marin allemand, sombre le 24 mars 1916 et emporte avec lui une cinquantaine de passagers.

L’histoire raconte que le musicien est mort noyé en voulant sauver sa femme. Au moment du naufrage, *Enrique Granados * trouve une place dans un canot de sauvetage mais aperçoit son épouse au loin dans la mer. Il plonge pour l’aider, mais les deux époux sont emportés par la mer.

Enrique Granados est né en Espagne dans la ville de Lérida en 1867. Avec les compositeurs Isaac Albéniz, Manuel de Falla et Joaquin Rodrigo, il forme le quatuor emblématique du renouveau de la musique espagnole de la fin du XIXème siècle.

Inspiré par les rythmes, mélodies et harmonies de la musique espagnole, Enrique Granados _* ne s’arrête pas aux frontières de son pays natal puisqu’il se rend régulièrement à Paris. Dans la capitale française il rencontre ses contemporains comme *_Fauré, Debussy, Ravel ou Dukas _* et suit les cours du compositeur et violoniste belge, *_Charles-Auguste de Bériot.

Contrairement aux idées reçues sur les compositeurs espagnols, *Enrique Granados * n’a jamais composé pour la guitare. Si l’on trouve aujourd’hui de nombreuses interprétations de ses oeuvres pour cet instrument à cordes, Granados avait une préférence pour le piano.

Pianiste concertiste et professeur, il fonde en 1901 sa propre école de piano : l’Académie Granados. Parmi ses compositions les plus connues figurent d’ailleurs les Danzas espanolas, une série de douze danses ibériques pour piano.

Pour commémorer le centenaire de sa mort, voici une sélection musicale des plus belles pièces d’Enrique Granados.

* Sur le même thème *